GuppY, le CMS de référence sans base de données



 
Recherche

telecharger01.png


Texte à méditer :  Pourquoi vouloir compliquer ? Essayez GuppY simplement ... smile  
Vous êtes ici :   Accueil » Exemples de RSS - April
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Texte animé

GuppY 5.0

HTML 5
CSS 3
jQuery
UTF-8

GuppY 5.0

Boites illimitées
Menus déroulants
Fonction Installation
Fonction Sauvegarde

GuppY 5.0

Import documents
Gestion de la sécurité
Réécriture d'adresses
Nouveautés du site

GuppY 5.0

Centre d' Aide
Aide en ligne
GuppYLand
GuppYEd

GuppY 5.0

guppy_love.png

Calendrier
Exemples de RSS - April
Revue de presse de l'April pour la semaine 21 de l'année 2015  Voir?

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 21

[Next INpact] Le discret contrat de 11 millions d'euros entre l'État et Microsoft Irlande

Par Xavier Berne, le vendredi 22 mai 2015. Extrait:
> Les ministères du Travail, de la Santé et de la Jeunesse et des sports ont conclu l’année dernière avec Microsoft Irlande – et dans la plus grande discrétion – un important marché de plus de 11 millions d’euros. Si son contenu exact demeure encore extrêmement flou, il ressemble de très près au tristement célèbre contrat «Open Bar» signé par le ministère de la Défense, et tant décrié par les militants du logiciel libre.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/95175-le-discret-contrat-11-millions-d-euros-entre-l-etat-et-microsoft-irlande.htm

[urbanew] Innovation urbaine: Open is the new Green!

Par Bruno Morleo, le jeudi 21 mai 2015. Extrait:
> La culture collaborative et le jeu d’acteurs prennent de plus en plus de place dans les processus de conception urbaine. Une approche plus ouverte et dynamique qui permet de mieux prendre en compte l’évolution des modes de vie, des usages, de l’histoire, de l’héritage et de tout patrimoine immatériel.
Lien vers l'article original: http://www.urbanews.fr/2015/05/21/48379-innovation-urbaine-open-is-the-new-green

Et aussi:
[Le Monde.fr] L’économie collaborative et le peer-to-peer vont-ils bouleverser le monde?
[leParisien.fr] Ouishare Fest 2015: «L'économie collaborative peut nous permettre de réduire nos déchets»
[Libération.fr] L’économie du partage sort de sa bulle
[Les Echos] L’économie du partage peut-elle séduire l’entreprise?
[usine-digitale.fr] OuiShare Fest: Le peer-to-peer peut-il vraiment sauver le monde?

[JDN] Open Source ou Open Core: pourquoi s'en soucier?

Par Ashesh Badani, le mercredi 20 mai 2015. Extrait:
> Certains essayent d’appliquer un semblant d’Open Source à des business models et des modes de facturation d’un autre temps. Ils sont devenus des fournisseurs de logiciels «open core».
Lien vers l'article original: http://www.journaldunet.com/solutions/expert/60997/open-source-ou-open-core---pourquoi-s-en-soucier.shtml

[AlterInfos] «La technologie ne peut se concevoir isolée de la politique»

Par Rafael Rico Ríos, le mercredi 20 mai 2015. Extrait:
> Carlos Eduardo Parra Falcón est chef des opérations du projet Canaima au Centre national des technologies de l’information (CNTI), entité dépendant du ministère du pouvoir populaire pour la science, la technologie et l’innovation de la République bolivarienne du Venezuela.
Lien vers l'article original: http://www.alterinfos.org/spip.php?article6841

[L'OBS] Loi renseignement: et si le Sénat nous sauvait...

Par Andréa Fradin, le mercredi 20 mai 2015. Extrait:
> On le dit dépassé, désuet, voire bon à jeter. «Un bel objet inutile.» Et pourtant, sur certains textes, le Sénat semble parfois plus éveillé que l’Assemblée. A demander des précisions au gouvernement. A avouer sans fard sa compétence limitée sur quelques points plus précis.
Lien vers l'article original: http://rue89.nouvelobs.com/2015/05/20/loi-renseignement-si-senat-sauvait-259286

Et aussi:
[Next INpact] Loi Renseignement: les pépites des amendements au Sénat

[Les Echos] La Russie veut s’affranchir d’Apple et Google en lançant son propre OS

Par Nicolas Richaud, le mardi 19 mai 2015. Extrait:
> Le ministre de la communication a annoncé que son pays s’attelait à la création de son propre système d’exploitation mobile en vue de s’émanciper des technologies occidentales. Et aimerait y associer des groupes installés dans les autres pays des BRICS.
Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/02174881979-la-russie-veut-saffranchir-de-google-et-apple-en-lancant-son-propre-os-1120622.php

Et aussi:
[BFMtv] La Russie développe un OS pour se libérer d’Apple et Google
[01net.] La Russie veut bouter Android et iOS hors de ses frontières

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

... / ... Lire la suite

(25/05/2015 @ 13:09)

La DISIC souhaite s'inspirer de l'exemple du logiciel libre  Voir?

Paris, le 22 mai 2015, communiqué de presse.

Jacques Marzin, directeur de la DISIC (Direction interministérielle des systèmes d'information et de communication de l'État), souhaite renforcer et étendre la stratégie publique en matière de logiciel libre. L'April se réjouit de cette volonté et encourage le gouvernement à donner à la DISIC les moyens nécessaire à la mise en œuvre de cette stratégie.

Le patron de la DISIC a publié le 19 mai 2015 une tribune intitulée Logiciels Libres : vers une stratégie publique renforcée. Dans cette tribune, Jacques Marzin explique l'importance du Socle Interministériel des Logiciels Libres (SILL) et appelle à « une nouvelle gouvernance de l'État en matière de logiciels libres », dont l'organisation reste à définir. Suite à la publication de cette tribune, Jacques Marzin a répondu à une interview sur Next INpact pour expliquer plus en détail sa tribune.

Jacques Marzin y explique notamment que « Nous avons donc atteint la conviction – partagée avec les ministères qui ont fait ces choix-là – qu'il serait temps réellement de « faire communauté ». C'est-à-dire de ne pas avoir seulement l'édiction de souches, mais de se préoccuper collectivement de leur mise en œuvre, avec une réflexion interministérielle, plutôt que de reproduire avec les technologies du libre les développements en silo que l’on connaît par ailleurs. Le libre me paraît quand même l'exemple même sur lequel nous devons pouvoir faire communauté ! ».

Il souhaiterait également que la « DISIC soit plus prescriptive et plus directive en termes de ligne éditoriale qu'elle ne l'a été jusqu'ici » et que davantage de fonctionnaires puissent, en toute sécurité, consacrer une partie de leur temps de travail au logiciel libre. Il indique également que l'une des priorités de la DISIC est « de monter en accessibilité LibreOffice ». Est-ce une manière d'annoncer que la DISIC va débloquer des moyens, humains ou financiers, pour travailler sur l'accessibilité de LibreOffice ?

Jacques Marzin explique cependant ne pas être faveur d'une politique d'obligation en matière de logiciel libre, « qui n'existe d'ailleurs dans aucun État au monde » selon lui. Cependant, à ce sujet, l'April tient à rappeler qu'en 2013 le Parlement français a inscrit pour la première fois dans la loi la priorité au logiciel libre pour un service public, avec l'adoption du projet de loi enseignement supérieur et recherche, que l'Italie a mis en place une priorité pour le logiciel libre dans l'administration, et plus récemment le gouvernement indien a publié sa « Politique relative à l'adoption du logiciel libre pour le gouvernement indien » qui encourage l'adoption du logiciel libre dans les organisations gouvernementales comme « option préférée » par rapport aux logiciels privateurs.

« L'April se réjouit de la volonté affichée par le directeur de la DISIC de "faire communauté", attitude que pratique le libre, et elle encourage le gouvernement à donner à la DISIC les moyens nécessaires à la mise en œuvre de cette stratégie » a déclaré Frédéric Couchet, délégué général de l'April.

Note de terminologie : Le terme « souches » utilisé par Jacques Marzin dans son interview est utilisé dans la circulaire Ayrault sur le bon usage des logiciels libres dans l'administration française et peut être considéré comme un synonyme de « logiciels libres »

À propos de l'April

Pionnière du logiciel libre en France, l'April est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du Logiciel Libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l'espace francophone. Elle veille aussi à sensibiliser l'opinion sur les dangers d'une appropriation exclusive de l'information et du savoir par des intérêts privés.

L'association est constituée de plus de 4 000 membres utilisateurs et producteurs de logiciels libres.

Pour plus d'informations, vous pouvez vous rendre sur le site Web à l'adresse suivante : http://www.april.org/, nous contacter par téléphone au +33 1 78 76 92 80 ou par notre formulaire de contact.

Contacts presse :

Frédéric Couchet, délégué général, fcouchet@april.org +33 6 60 68 89 31
Jeanne Tadeusz, responsable affaires publiques, jtadeusz@april.org +33 1 78 76 92 82

... / ... Lire la suite

(22/05/2015 @ 10:40)

{UDOS} Session spéciale collectivités  Voir?

8 Juillet 2015 - 16:00
8 Juillet 2015 - 18:00

Du 8 au 10 juillet 2015 à Digne-les-Bains se tiendra la première édition {UDOS} Université d'été du développement de logiciel libre et open source.

Jean-Christophe Becquet, président de l'April animera la session spéciale collectivités, le 8 juillet 2015 à partir de 16h, dans l'amphithéâtre de l'IUT de Digne-les-Bains.

Vous êtes un élu où un technicien impliqué dans le développement de votre territoire notamment au travers du numérique, venez partager et échanger avec des agents et des élus de collectivités ; commune, département, région...

Des interventions didactiques et des partages de pratiques avec des experts sur le logiciel libre et les formats ouverts. Les thématiques abordées sous forme de mini-conférences :

  • Partager ses données : mise en œuvre d'une démarche Open Data
  • Produire des données géographiques : la cartographie collaborative avec OpenStreetMap
  • Stocker et protéger ses données : usages, cloud, opportunités et menaces

Cette rencontre sera suivie de 2 jours à destination des développeurs, ingénieurs, geeks et autres hackers pour partager et rencontrer des experts, dans une atmosphère conviviale : des tutoriaux et des ateliers animés par des spécialistes pour apprendre et contribuer dans la douceur de l'été.

{UDOS} propose des tutoriaux et des ateliers pour aborder par la pratique le développement de logiciel libre avec un focus sur 3 thèmes :

« {UDOS} ne se positionne pas en concurrent des RMLL qui se dérouleront cette année à Beauvais du 4 au 10 juillet » précise Renaud Zigmann, directeur de Xsalto, initiateur de {UDOS}.

Marc Hépiègne, président de l'association Oisux a ainsi déclaré : « en tant que défenseur du Libre je me réjouis qu'un événement nouveau soit organisé ». « Le foisonnement de l'Agenda du libre montre que nous avons encore besoin de rencontres consacrées au logiciel libre » ajoute Jean-Christophe Becquet, directeur d'APITUX, partenaire de l'événement.

... / ... Lire la suite

(21/05/2015 @ 11:17)

Revue de presse de l'April pour la semaine 20 de l'année 2015  Voir?

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 20

[LesAffaires.com] Logiciel libre (dossier de six articles)

Par Jean-François Venne, le samedi 16 mai 2015. Extrait:
> L'industrie du logiciel libre (ou open source) connaît une forte croissance dans le monde. «Ces logiciels sont omniprésents dans les infrastructures Web et la mobilité, et dans les logiciels embarqués, c'est-à-dire des logiciels présents dans les voitures, avions ou électroménagers», explique Stéphane Couture, chercheur en sociologie et communication numérique à l'Université McGill.
Lien vers l'article original: http://www.lesaffaires.com/dossier/logiciel-libre

[Lyon Capitale.fr] Richard Stallman et la liberté du web

Par Florent Deligia, le samedi 16 mai 2015. Extrait:
> On l'appelle aussi rms. Richard Stallman, créateur du système d'exploitation GNU/Linux et défenseur de la protection des données numériques, était l'invité du "Gourou Talk" jeudi 14 mai, à l'European Lab. Retour sur une conférence menée par un programmeur libre.
Lien vers l'article original: http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Communs/Univers/Technologies/High-tech/Richard-Stallman-et-la-liberte-du-web

[Le Figaro] La Cada est favorable à l'accès aux codes sources d'un logiciel de l'Etat

Par Alain Bensoussan, le mercredi 13 mai 2015. Extrait:
> La loi du 17 juillet 1978 reconnaît à toute personne le droit d'obtenir communication des documents détenus dans le cadre de sa mission de service public par une administration, quel que soit leur forme ou leur support.
Lien vers l'article original: http://blog.lefigaro.fr/bensoussan/2015/05/la-cada-est-favorable-a-lacces-aux-codes-sources-dun-logiciel-de-letat.html

[La Tribune] Cecilia Malmström: une "infirmière" au chevet du TTIP

Par Florence Autret, le mardi 12 mai 2015. Extrait:
> «On peut dire merci à nos amis russes», expliquait la semaine dernière le lobbyiste d'un groupe industriel américain à Bruxelles au sujet du TTIP.
Lien vers l'article original: http://www.latribune.fr/opinions/blogs/vu-de-bruxelles/cecilia-malmstrom-une-infirmiere-au-chevet-du-ttip-475734.html

[Slate.fr] Viens dans mon tiers-lieu, j’organise un hackaton en open source

Par Jean-Laurent Cassely, le lundi 11 mai 2015. Extrait:
> L’Open model, le peer to peer et les fablabs expliqués comme au bistrot. Ou les questions les plus bêtes que vous n’osez pas poser à un «maker» qui bosse dans un «fablab collaboratif» en «open source».
Lien vers l'article original: http://www.slate.fr/story/100525/paye-ton-fablab

Et aussi:

[Les Echos] La folle expansion des Fab Lab
[Le Point] "Les citoyens vont révolutionner le système économique

[Le Huffington Post] Pour un nouveau manuel scolaire

Par Émilie Blanchard, le lundi 11 mai 2015. Extrait:
> Notre objet n'est pas ici de nous positionner pour ou contre cette réforme, mais d'apporter un éclairage supplémentaire en faisant entendre notre voix sur la nécessaire (r)évolution du manuel scolaire.
Lien vers l'article original: http://www.huffingtonpost.fr/emilie-blanchard/manuel-scolaire-numerique-ecole_b_7254378.html

[Silicon.fr] Logiciels libres: pourquoi le secteur public doit aller plus loin

Par Jacques Marzin, le lundi 11 mai 2015. Extrait:
> Le Socle Interministériel des Logiciels Libres (SILL), dont la v2 a été publiée en février, contribue à une meilleure rationalisation du SI de l’Etat. Sa diffusion doit toutefois être étendue. D’où les réflexions en cours concernant une gouvernance interministérielle renforcée autour du libre, explique le DSI de l’Etat, Jacques Marzin.
Lien vers l'article original: http://www.silicon.fr/logiciels-libres-secteur-public-aller-plus-loin-115810.html

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

... / ... Lire la suite

(18/05/2015 @ 17:18)

Revue de presse de l'April pour la semaine 19 de l'année 2015  Voir?

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 19

[Libération.fr] Miracles et mirages du «crowdsourcing»

Par Karën Fort, le jeudi 7 mai 2015. Extrait:
> La plateforme d’Amazon permettrait de faire réaliser des tâches pour très peu cher, avec une bonne qualité de résultat, par des gens pour lesquels il s’agit d’un hobby. La réalité est plus proche de la mine de charbon que de la mine d’or.
Lien vers l'article original: http://www.liberation.fr/societe/2015/05/07/miracles-et-mirages-du-crowdsourcing_1297262

[ActuaLitté.com] Le DRM, la mauvaise réponse au partage simplifié d'un ebook

Par Nicolas Gary, le mercredi 6 mai 2015. Extrait:
> Aujourd'hui, mercredi 6 mai, est une journée consacrée, à travers le monde, à la lutte contre les DRM. Cette mesure technique de protection est «une mauvaise réponse apportée» à «la facilité de partager les ebooks». Plutôt que de se lancer dans une explication du comment neutraliser ces MTP, l'April vient de diffuser une vidéo éloquente, sur les ravages qu'un DRM occasionne dans la pratique pourtant innocente de la lecture.
Lien vers l'article original: https://www.actualitte.com/usages/le-drm-la-mauvaise-reponse-au-partage-simplifie-d-un-ebook-56625.htm

Voir aussi:
Un livre électronique verrouillé par un DRM ne peut être comparé à un livre imprimé (vidéo)

[Le Monde.fr] Réforme du droit d'auteur, piratage...: Bruxelles dévoile son «agenda numérique»

Par Cécile Ducourtieux, le mercredi 6 mai 2015. Extrait:
> La Commission européenne envisage de réformer le droit d’auteur et de renforcer la lutte contre le piratage. Elle pose la question de la régulation, ou non des plates-formes Internet (Amazon, Apple, Facebook ou Google).
Lien vers l'article original: http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/05/06/bruxelles-devoile-son-agenda-numerique_4628649_3234.html

Et aussi:
[L'OBS] Ça change quoi, pour moi, un marché unique numérique?
[Next INpact] Le marché unique numérique européen prévu d'ici fin 2016

[EurActiv] Bruxelles s'attelle à la réforme du mécanisme d'arbitrage du TTIP

Par la rédaction, le mercredi 6 mai 2015. Extrait:
> La commissaire européenne en charge du commerce, Cecilia Malmström, a rencontré son homologue américain aux États-Unis le 4 mai, afin de proposer une réforme du mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États (RDIE) dans le cadre du TTIP.
Lien vers l'article original: http://www.euractiv.fr/sections/commerce-industrie/bruxelles-sattelle-la-reforme-du-mecanisme-darbitrage-du-ttip-314364

[Slate.fr] Largement adoptée par l'Assemblée, la loi sur le renseignement a divisé le PS comme l'UMP

Par Grégor Brandy, le mardi 5 mai 2015. Extrait:
> Si une majorité des députés, dans la majorité comme dans l'opposition, ont voté le texte du gouvernement, 86 s'y sont opposés et 42 se sont abstenus.
Lien vers l'article original: http://www.slate.fr/story/101233/projet-loi-renseignement-vote

Et aussi:
[L'Informaticien] Loi Renseignement: dystopie gouvernementale
[Next INpact] L'Assemblée nationale adopte la loi sur le renseignement
[Numerama] Loi Renseignement: Valls dénonce les "pressions" de la société civile

Voir aussi:
L'Assemblée nationale vote le projet de loi renseignement et la surveillance généralisée

[L'Opinion] Le brevet unitaire européen est conforté

Par Hugo Sedouramane, le lundi 4 mai 2015. Extrait:
> La Cour de justice de l'Union européenne a débouté l'Espagne qui s'opposait aux processus juridiques définissant le déploiement du brevet à effet unitaire
Lien vers l'article original: http://www.lopinion.fr/4-mai-2015/brevet-unitaire-europeen-est-conforte-mise-a-jour-23923

Voir aussi:
Brevet unitaire: la Cour de Justice ouvre la porte aux brevets logiciels

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

... / ... Lire la suite

(11/05/2015 @ 18:50)

Un livre électronique verrouillé par un DRM ne peut être comparé à un livre imprimé (vidéo)  Voir?

Les DRM sont des menottes numériques que la loi interdit de contourner

Dans le cadre de la Journée internationale contre les DRM (« menottes numériques ») ce 6 mai 2015 l'April propose une vidéo sur la question des livres électroniques et des DRM.

Cette journée est l'occasion de rappeler à quel point ces menottes numériques sont dangereuses pour les utilisateurs comme pour les développeurs de logiciels libres, et empêchent des usages légitimes sur les œuvres.

Plus spécifiquement cette année, nous mettons l'accent sur les livres électroniques et les DRM. En effet, les DRM réduisent grandement les droits des lecteurs et font que, justement, un livre électronique n'est pas équivalent à un livre imprimé. Avec un livre électronique sans DRM, l'utilisateur a globalement les mêmes droits que pour les livres papiers (possibilité de les prêter, de les lire autant de fois qu'il le souhaite, en tout lieu ou sur tout périphérique, ... ), alors qu'avec un livre électronique verrouillé par un DRM l'utilisateur n'a que des droits limités.

Cette vidéo est une première version destinée à être enrichie de vos commentaires éventuels. Le choix du terme compatibilité au lieu d'interopérabilité est volontaire pour cette vidéo destinée à un large public.

Transcription (en anglais, en espagnol)

Voici une libraire… Et ceci est un livre.

Quand la libraire vend un livre à un client, il repart avec et il en fait ce qu'il veut. Normalement, ça ressemble à un truc comme ça. Quand il a fini, il fait généralement ça. Mais il se peut aussi qu'il fasse ça. Soit qu'il le prête, donne ou qu'il le revende. Il a le droit d'en faire tout autre chose… C'est son livre. Plus précisément, c'est sa copie du texte, le papier est à lui. Il en est le propriétaire.

Ceci est une liseuse. C'est une machine qui permet de lire des ebooks. En bon français, on devrait dire livre électronique. Il n'est pas vraiment possible de vous en montrer un. Ça n'a pas de forme. C'est un fichier numérique. Une information qui peut voyager sur plein de supports différents. C'est pour cela qu'en matière de numérique, on parle d'immatériel. Contrairement au livre, un fichier numérique peut-être dupliqué facilement, sans perte de qualité et pour un coût négligeable. Du coup, le partager est très facile. Quand on a l'habitude de vendre des livres, cette facilité à partager des ebooks pose un tas de questions.

Une mauvaise réponse a été apportée à celles-ci. On l'appelle DRM pour Digital Rights Management. En français on parle de MTP, ce qui veut dire « mesure technique de protection », sans qu'on sache trop ce qui est protégé de quoi ou de qui. Un DRM est immatériel lui aussi. Si on veut se le représenter, ce serait un truc comme ça (libraire avec un tshirt DRM) La justification des DRM est de faire que des ebooks se comportent comme des livres. Les DRM sont censés permettre d'éviter qu'ils soient massivement dupliqués et partagés sans que chaque copie soit achetée. Ça pourrait sembler bien mais ça ne l'est pas.

La première raison est que ça va contre la nature des choses. Donc c'est compliqué. Et quand c'est compliqué ça marche mal. Pour lire un ebook avec un DRM il faut avoir du matériel compatible. On est donc obligé d'acheter certaines liseuses et pas d'autres et on est obligé d'avoir le bon logiciel et le bon ordinateur qui fera tourner tout ça. La compatibilité, ce n'est pas le fort d'un DRM. Une fois qu'on a la liseuse, il faut encore que l'ebook qu'on veut lire soit publié sur le matériel qu'on a acheté et le jour où on a envie de changer de liseuse, de fournisseur... nos ebooks ne suivront pas. Le monde des ebook avec DRM ressemble à ça.

La seconde raison pour laquelle les DRM sont une mauvaise solution, c'est qu'ils font plus que d'empêcher la copie. Quand on paye un ebook avec un DRM, on est pas le propriétaire du fichier. On n'a pas le droit de le donner, de le prêter ou de le revendre et il y a tout un tas d'autres conditions d'utilisation qui n'existent pas avec un vrai livre. On n'achète pas un ebook, on loue tout au plus un service de lecture.

La troisième raison est que les DRM vous surveillent. Pour savoir ce que vous lisez, quand, à quelle vitesse, combien de fois, quels passages en particulier et dans quel ordre... Quand vous lisez un ebook, il y a vous, le texte et le DRM qui vous observe.

La quatrième et dernière raison est sans doute la meilleure. Le DRM permet d'effacer vos ebook à distance. Oui, les effacer. Ce n'est pas de la théorie. Amazon avec son Kindle l'a déjà fait plusieurs fois. Les ebooks avec DRM ne sont pas des livres. L'objectif des DRM n'est pas de rétablir un équilibre rompu par le numérique mais de s'en accaparer tous les bénéfices. Les DRM se voudraient des mesure de protection mais ce sont plutôt des menottes numériques. Pour cela ils vous dépouillent, vous exploitent et vous méprisent.

Ce qui se joue aujourd'hui dans avec les ebooks, se retrouve ailleurs, notamment dans la vidéo à la demande ou le jeu vidéo. La loi prévoit que le consommateur soit informé sur la compatibilité de ce qu'il achète , y compris en matière de mesure de protection technique. Exigez cette information lorsque vous achetez. Sachez faire le bon choix. Bannissez les DRM de votre vie.

Traductions

Version anglaise

This is a bookseller... And this is a book.

When the bookseller sells a book to a customer, he leaves the book shop with it and does what he wants with it. Normally, it looks something like this... When he is done reading it , he usually does this. But he could also do that. He can either lend it, give it, or sell it. And he has the right to do whatever he wants with it. It's his book. More precisely, it is his own copy of the text, the paper is his. He owns it.

This is an e-reader. It is a device that makes it possible to read e-books. Properly speaking, we should say, electonic books. It isn't really possible to show an electronic book to you. It neither has shape nor form. It is a digital file, data that can travel on many different storage devices. That's why we talk of intangibles when it comes to the digital world. Contrary to a book, a digital file can easily be duplicated, without any loss of quality and at insignificant cost. This means sharing it is really easy. When one is used to selling books, this ease with which e-books can be shared raises a ton of questions.

A wrong answer was given to these questions. It is called DRM, for Digital Rights Management. , supposedly methods to protection. What is protected from what or from whom is open to question. DRM is also intangible. If one wanted to represent it anyway, it would look something like that. The justification for DRM is to make e-books behave like books. DRM is supposed to prevent them from being massively copied and shared, without every single copy being bought. That could seem right, but it isn't.

The first reason is that it simply goes against how things work the natural order of things. So it's complicated. And when things are complicated, they don't work well. So you have to buy a certain kind of e-reader, and not others, and you need to have the right software and the right computer to make it all work. Compatibility is not DRM's strong suit. And once you have an e-reader, you still need the e-book you want to read to be published specifically for the hardware you bought. And the day you want to change your e-reader or publisher, your e-books won't work.

The second reason why DRM is a bad solution is that it does more than prevent users from copying. When you purchase an e-book with DRM, you do not own the file. Therefore, you can neither give it, nor lend it, nor resell it. And there are tons of other terms of use that do not exist for a real book. You don't actually buy an e-book; at most you only rent a reading service.

The third reason is that DRM tracks you. To know what you read, when, at what speed, how many times, what passages in particular and in what order. When you read an e-book, there is you, the text, and DRM monitoring your actions.

The fourth and last reason is probably the best. DRM can remotely erase your e-books. Yes, erase them. This isn't just theory. Amazon has already done this several times with its Kindle. E-books with DRM are not books. The goal of DRM isn't to reestablish a balance lost with the advent of the digital age, but to hoard all of its benefits. DRM purports to be a protection measure, but it's actually digital handcuffs. It takes from you, exploits you, and treats you with contempt.

What is happening today with e-books can also be seen elsewhere, in particular with video on demand or video games. The law states that the consumers must be informed of the compatibility of what they are buying, and this includes technological measures such as DRM. Demand this information when you shop. Learn to make the right choice. Ban DRM from your life.

Version espagnole

Esto es una librera... Y esto es un libro.

Cuando la librera vende un libro a un cliente, éste último se marcha con el libro y hace de él lo que quiere. Normalmente, se parece a algo así. Cuando acaba, en general, hace esto. Pero quizás haga esto también. O sea, lo presta, lo regala o lo revende. Tiene el derecho a hacer cualquier otra cosa... Es su libro. Más precisamente, es su copia del texto, el papel es suyo. Él es el propietario.

Esto es un ereader. Es un aparato que permite leer ebooks. En castellano castizo deberíamos decir un libro electrónico. No es posible enseñarles uno. No tiene forma. Es un archivo digital. Una información que puede viajar en una multitud de soportes diferentes. Es por eso que en el ámbito digital se habla de algo inmaterial. Al contrario del libro, un archivo digital puede ser duplicado fácilmente, sin pérdida de calidad y a menor coste. Por lo tanto, compartirlo es muy fácil. Cuando acostumbramos a vender libros, esta facilidad para compartir ebooks plantea un montón de cuestiones.

Se les ha dado una respuesta equivocada. Se le llama DRM por Digital Rights Management, o sea, una medida técnica de protección, sin que se sepa muy bien lo que se protege y de qué o de quién. Un DRM es una cosa inmaterial también. Si queremos hacernos una idea, sería una cosa así (librera con una camiseta DRM). La justificación de los DRM es hacer que los ebooks se comporten como libros. Se supone que los DRM permiten evitar que se dupliquen masivamente y que se compartan sin comprar cada copia. Podría parecer una buena idea, pero no lo es.

La primera razón es que va en contra de la naturaleza de las cosas. Por lo tanto es complicado. Y cuando algo es complicado, funciona mal. Para leer un ebook con DRM hay que tener material compatible. Estamos obligados pues a comprar ereaders concretos y no otros y estamos obligados a tener el software adecuado y el ordenador adecuado que harán que todo esto funcione. La compatibilidad no es el punto fuerte de un DRM. Una vez tenemos el ereader, aún es necesario que el ebook que queremos leer sea publicado con el material que hemos comprado y el día en el que queramos cambiar de ereader o de proveedor... nuestros ebooks no seguirán. El mundo de los ebook con DRM se parece a esto.

La segunda razón por la que los DRM son una solución equivocada, es que hace más que impedir la copia. Cuando pagamos por un ebook con DRM, no somos los propietarios del fichero. No tenemos el derecho de darlo, de prestarlo o de revenderlo y hay un montón de condiciones de uso que no existen con un libro de verdad. No compramos un ebook: como mucho alquilamos un servicio de lectura.

La tercera razón es que los DRM os vigilan. Para saber qué es lo que estáis leyendo, cuando, con qué velocidad, cuántas veces, qué partes en concreto y en qué orden... Cuando estáis leyendo un ebook, estáis vosotros, el texto y el DRM que os observa.

La cuarta y última razón es sin duda la mejor. El DRM permite borrar vuestros ebooks de manera remota. Sí, borrarlos. No es teoría. Amazon con su Kindle ya lo ha hecho varias veces. El objetivo de los DRM no es restablecer un equilibrio roto por lo digital sino acapararse todos los beneficios. Los DRM se presentan como medidas de protección pero son más bien esposas digitales. Para eso, os despojan, os explotan y os desprecian.

Lo que ocurre hoy en día con los ebooks, ocurre en otros ámbitos, en particular el del vídeo a la demanda o los vídeojuegos. La ley preve que el consumidor sea informado sobre la compatibilidad de lo que compra, incluso en términos de medidas de protección técnica. Exigid esta información cuando compréis. Debéis saber hacer la buena elección. Desterrad los DRM de vuestra vida.

... / ... Lire la suite

(06/05/2015 @ 10:33)

L'Assemblée nationale vote le projet de loi renseignement et la surveillance généralisée  Voir?

Le mardi 5 mai 2015, l'Assemblée nationale a voté en première lecture en faveur du projet de loi renseignement. Par 438 voix pour, 86 contre et 42 abstentions1, les députés ont donc cédé à la logique de surveillance généralisée.

Le gouvernement a engagé la procédure accelérée sur ce texte, il n'y aura donc qu'une lecture par chambre avant la commission mixte paritaire. Le texte doit désormais être examiné par le Sénat dans les prochains jours. L'April appelle les sénateurs à faire barrage à ce texte, et les citoyens à continuer la mobilisation afin d'informer nos élus sur les dangers que ce texte fait peser sur nos libertés.

Pour en savoir plus et pour agir sur le projet de loi consultez le site Sous-Surveillance.fr.

... / ... Lire la suite

(06/05/2015 @ 10:01)

Brevet unitaire : la Cour de Justice ouvre la porte aux brevets logiciels  Voir?

Le 5 mai 2015, la Cour de justice de l'Union européenne a rendu ses arrêts sur les deux recours déposés par l'Espagne contre le brevet unitaire. Sans surprise, la Cour a suivi les conclusions de l'avocat général Bot et a validé l'ensemble du paquet, malgré les dangers qu'il présente. L'April dénonce une décision largement politique, qui n'a pas pris en compte les critiques juridiques importantes faites sur ce texte, et qui ouvre la voie à un système favorable aux brevets logiciels. Elle restera vigilante pour s'assurer que malgré la porte ouverte aux spéculateurs de brevets, les développeurs, éditeurs et utilisateurs européens puissent continuer de choisir le logiciel libre, et appelle enfin tous les pays qui n'ont pas ratifié le texte à refuser de le faire.

... / ... Lire la suite

(05/05/2015 @ 12:13)

Revue de presse de l'April pour la semaine 18 de l'année 2015  Voir?

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 18

[ITespresso] Brevets: Microsoft fait fructifier le trésor Android

Par Clément Bohic, le jeudi 30 avril 2015. Extrait:
> Qisda (marque BenQ) rejoint la liste des fabricants qui versent des royalties à Microsoft pour vendre des terminaux sous Android ou Chrome OS.
Lien vers l'article original: http://www.itespresso.fr/brevets-microsoft-fructifier-tresor-android-94941.html

[Next INpact] Loi numérique: le rapport du CNNum se fait encore attendre

Par Xavier Berne, le jeudi 30 avril 2015. Extrait:
> Alors que le gouvernement n’a de cesse de promettre que le futur projet de loi numérique d’Axelle Lemaire sera présenté en Conseil des ministres au mois de juin, le Conseil national du numérique (CNNum) ne lui a toujours pas remis son rapport, censé être le préalable à ce texte d’envergure. On fait le point.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/93969-loi-numerique-rapport-cnnum-se-fait-encore-attendre.htm

[Next INpact] Loi Renseignement: Bernard Cazeneuve répond à la CNCDH, répondons à Bernard Cazeneuve

Par Marc Rees, le mercredi 29 avril 2015. Extrait:
> Le 20 avril dernier, la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme a publié un avis au vitriol (PDF) concernant le projet de loi sur le renseignement. La missive a peu été appréciée par le ministre de l’Intérieur, qui s’est fendu d’une note en réponse, histoire de contrecarrer ces remarques. Après avoir longuement analysé le projet de loi, nous avons décidé de reprendre les 20 remarques de la CNCDH, mises en avant par le ministre avec ses réponses, afin d’y apporter à notre tour nos commentaires.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/93947-loi-renseignement-bernard-cazeneuve-repond-a-cncdh-repondons-a-bernard-cazeneuve.htm

Et aussi:
Projet de loi renseignement/surveillance: agir avant le vote à l'Assemblée nationale du 5 mai 2015

[Developpez.com] L'Europe veut lutter contre la surveillance de masse

Par Michael Guilloux, le mardi 28 avril 2015. Extrait:
> Les divulgations d’Edward Snowden, l’ex-employé de la NSA, ont alerté le monde informatique sur la nécessité de renforcer la sécurité des différentes plateformes, dont une bonne partie n’a pas résisté aux outils sophistiqués d’espionnage des agences de renseignements US et partenaires.
Lien vers l'article original: http://www.developpez.com/actu/84501/L-Europe-veut-lutter-contre-la-surveillance-de-masse-par-le-financement-des-logiciels-open-source-cles-et-la-chasse-aux-bugs-dans-ces-outils

[L'OBS] La France rit de se voir si open en son miroir

Par Robin Prudent et Rémi Noyon, le lundi 27 avril 2015. Extrait:
> Notre beau pays va présider le Partenariat pour un gouvernement ouvert, noué entre 65 pays, qui promeut l’ouverture des données et des gouvernements. Mais l’a-t-il vraiment mérité?
Lien vers l'article original: http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/29/france-rit-voir-si-open-miroir-258878

[L'OBS] Réparer un tracteur, une voiture? Illégal selon les constructeurs

Par Andréa Fradin, le lundi 27 avril 2015. Extrait:
> Effet direct de l’évolution de la propriété intellectuelle aux Etats-Unis: les agriculteurs n’auraient pas le droit de réparer leurs tracteurs... sous peine d’être poursuivis pour violation du copyright.
Lien vers l'article original: http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/27/reparer-tracteur-voiture-les-constructeurs-estiment-cest-illegal-258871

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

... / ... Lire la suite

(04/05/2015 @ 18:45)

Participons aux actions contre le projet de loi renseignement et la logique de surveillance généralisée  Voir?

L'April soutient les appels à action (manifestations…), prévus pour ce lundi 4 mai 2015, contre le projet de loi relatif au renseignement et encourage chacun à y participer. Il ne reste que quelques heures pour informer sur le refus de céder à la logique de surveillance généralisée et ainsi faire barrage à ce projet de loi.

Ce lundi 4 mai 2015, veille du vote à l'Assemblée nationale, une grande journée de mobilisation est organisée. Des rassemblements sont prévus dans différentes villes. Pour Paris, le rassemblement est prévu à partir de 18h30, Esplanade des Invalides.

Pour en savoir plus et pour agir sur le projet de loi consultez le site Sous-Surveillance.fr.

... / ... Lire la suite

(04/05/2015 @ 11:44)

Geekopolis, le festival des cultures de l’imaginaire - 23/24 mai 2015  Voir?

23 Mai 2015 - 10:00
24 Mai 2015 - 18:00

Geekopolis, le festival des cultures de l’imaginaire et ses cinq quartiers représentant chacun un univers, revient à Paris Expo Porte de Versailles pour sa troisième édition, les 23 et 24 mai 2015.

Comme en 2014, le comité d'organisation a proposé à l'April et à plusieurs autres associations du libre, du hack et du make de participer : comptoirs, ateliers, conférences, animations et bien sûr stands...

Un stand aprilien sera donc dans le TEKLAB Nouvelles technologies, science, jeux vidéo, informatique libre.

Animations, ateliers, expositions, rencontres, conférences, jeux, dédicaces...

2014 : 15000 visiteurs, 200 exposants, 700 intervenants, 200 ateliers et conférences !

Des apriliens donneront des conférences le dimanche :
15h-15h30 - Conférence : Censure, espionnage, DRM - La part d'ombre de l'informatique par Magali Garnero (Bookynette) et Luc Fievet,
15h30-16h - Conférence : Facebook, génie de l'échange mais espion de la vie privée par Marie Duponchelle (Galilea).

Pour les détails pratiques concernant Geekopolis, rendez-vous sur le site de l'événement.

Des photos du stand sont disponibles dans la galerie photo.

... / ... Lire la suite

(03/05/2015 @ 20:04)

Lettre d'information publique de l'April du 1er mai 2015  Voir?

Bonjour,

Il ne reste plus que quelques heures pour s'informer, agir et faire barrage au projet de loi relatif au renseignement avant le vote solennel, à l'Assemblée nationale, du 5 mai 2015. Différents moyens d'action existent.

Du côté européen, deux documents de travail de la Commission européenne sur le marché unique numérique européen ont fuité et montrent que la Commission fait de nouveau des propositions largement insuffisantes pour réformer le droit d'auteur.

La Commission européenne annonce également un renforcement de sa stratégie sur le logiciel libre, en attendant les actes. Quant à l'Inde, elle encourage à préférer le logiciel libre au logiciel privateur.

En France, on est encore loin de la mise en place d'une telle politique publique, mais une interview récente pour Next INpact donne l'occasion d'analyser comment l'État s'ouvre au logiciel libre avec OpenFisca et Mes-aides.

Les départementales 2015 étant terminées, il est l'heure de publier un court bilan de la campagne du Pacte du Logiciel Libre.

Le groupe Transcription a publié la transcription de la conférence de Véronique Bonnet « April et ses combats - Informatique libre, société libre ».

Pour finir, un grand merci aux admin sys de l'April pour la migration de certains de nos services.

Consultez la lettre publique ci-dessous pour toutes les autres informations et notamment la revue de presse qui propose une trentaine d'articles.

Si vous voulez nous soutenir, vous pouvez faire un don ou adhérer à l'association.

Projet de loi renseignement/surveillance : agir avant le vote à l'Assemblée nationale du 5 mai 2015

Le projet de loi relatif au renseignement sera mis au vote de l'Assemblée nationale le 5 mai 2015. Depuis sa présentation en Conseil des ministres le 19 mars dernier par le Premier ministre Manuel Valls, le projet de loi a soulevé une vague d'opposition rarement vue en France. Les citoyens, organisations, entreprises… qui refusent de céder à la logique de surveillance généralisée ont encore quelques heures pour s'informer, agir et faire barrage à ce projet de loi.

Quand l'État s'ouvre au logiciel libre avec OpenFisca et Mes-aides

Le journaliste Xavier Berne a publié début avril 2015, sur Next INpact, un article dans lequel il revient en détail sur la genèse et les objectifs du logiciel libre OpenFisca et du site Mes-aides, qui permettent des simulations du système socio-fiscal français. Lors de la rédaction de son article, Xavier Berne avait sollicité l'avis de Frédéric Couchet, délégué général de l'April, sur ces outils et cette initiative du gouvernement. Certains de ses commentaires sont cités dans l'article, et ici, il développe de façon plus approfondie, son avis.

Dossiers, campagnes et projets

Marché unique numérique européen : le rééquilibrage des droits d'auteur toujours pas envisagé

Le 20 avril 2015, Politico.eu a publié deux documents de travail de la Commission européenne sur le marché unique numérique (en anglais). Ces documents, qui ont fuité, permettent d'en savoir plus sur la stratégie à venir de la Commission concernant tous les sujets numériques. Révision de la directive IPRED, DRM et interopérabilité sont notamment au programme. L'April regrette que les propositions faites soient de nouveau largement insuffisantes pour réformer le droit d'auteur, à l'opposé du rapport Reda actuellement discuté au Parlement européen.

Renforcement de la stratégie de la Commission européenne sur le logiciel libre, en attendant les actes

La Commission européenne a publié une nouvelle version de sa stratégie logiciel libre pour la période 2014-2017. Celle-ci reprend largement la stratégie précédente en manifestant cependant une attitude plus volontariste envers le logiciel libre. Cette déclaration d'intention doit être suivie d'actes efficaces pour mettre en place un déploiement du logiciel libre au sein de la Commission.

L'Inde encourage à préférer le logiciel libre au logiciel privateur

En Inde, le gouvernement vient de publier sa « Politique relative à l'adoption du logiciel libre pour le gouvernement indien » qui encourage l'adoption du logiciel libre dans les organisations gouvernementales comme « option préférée » par rapport aux logiciels privateurs.

Journée de mobilisation générale contre TAFTA/TTIP, CETA, TISA… le samedi 18 avril 2015

Le samedi 18 avril 2015 a eu lieu la journée de mobilisation générale contre les accords commerciaux type TTIP/TAFTA, CETA, TISA… partout en France et dans le monde. L'April a encouragé chacun à participer aux événements prévus. Le collectif Stop TAFTA a publié un compte-rendu et des photos des événements.

Pacte du Logiciel Libre et départementales 2015 : bilan de la campagne

Les 22 et 29 mars 2015 se sont déroulées les élections départementales. Au total, 102 candidats avaient signé le Pacte du Logiciel Libre et à l'issue du second tour, seulement 8 signataires ont été élus. Merci aux 36 volontaires qui ont participé à la campagne du Pacte du Logiciel Libre en contactant des candidats. La fin de campagne est l'occasion d'un court bilan.

Transcription "April et ses combats - Informatique libre, société libre" - Conférence de Véronique Bonnet

Le groupe Transcription a publié la transcription de la conférence de Véronique Bonnet intitulée April et ses combats - Informatique libre, société libre.

Médias

Revue de presse

La revue de presse fait partie du travail de veille mené par l'April dans le cadre de son action de défense et de promotion du Logiciel Libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l'April.

Pour gérer cette revue de presse, un groupe de travail a été créé (vous pouvez en consulter la charte ici) ainsi qu'une liste de discussion rp@april.org où vous pouvez envoyer les liens vers des articles qui vous semblent intéressants.

La revue de presse est désormais diffusée également chaque semaine sur le site LinuxFr.org. Cette diffusion lui offre un lectorat plus large.

Cette revue de presse est commentée dans un podcast disponible sur http://audio.april.org. Il est repris chaque semaine dans l'émission Divergence numérique qui est diffusée sur Divergence FM, Radio Escapade, Radio Larzac. Le podcast est également diffusé sur Radio Ici&Maintenant et Radio Au fil de l'eau.

Il existe un flux RSS permettant de recevoir la revue de presse au fur et à mesure (rapidement et article par article donc).

Les derniers titres de la revue de presse :

Un Petit guide revue de presse est disponible pour ceux qui souhaitent contribuer.

Voir la page revue de presse sur le site pour le détail des articles.

Conférences, événements

Événements à venir

Événements passés

Vie associative

Migrations sur l'infrastructure de l'April

L'équipe d'admin sys a migré une partie de nos services vers un nouveau serveur. La migration s'est déroulée sans problème. Bravo et un grand merci à eux.

Revue hebdomadaire

Chaque vendredi à midi pile les adhérents et les permanents qui le souhaitent passent en revue les tâches et actions relatives à l'April dont ils ont la charge lors de la « revue hebdomadaire April » sur IRC (canal #april sur irc.freenode.net, accès avec un navigateur web). La durée est limitée, généralement un quart d'heure. Cela stimule les bonnes volontés, suscite idées et contributions, permet de suivre les activités des autres et d'éliminer un certain nombre de problèmes bloquants...

Une page décrivant le principe d'une revue hebdomadaire est en ligne.

Vous pouvez en savoir plus en consultant en ligne les archives des premières revues hebdomadaires, et notamment la synthèse de la revue du 3 avril 2015, la synthèse de la revue du 10 avril 2015, la synthèse de la revue du 17 avril 2015, la synthèse de la revue du 24 avril 2015, la synthèse de la revue du 30 avril 2015.

Adhésions

Au 1er mai 2015, l'association compte 4 224 adhérents (3 815 personnes physiques, 409 personnes morales).

Soutenir l'association

L'April a besoin de votre aide. Vous pouvez faire un don à l'association et participer ainsi au financement de nos actions.

Pour faire un don à l'association, rendez-vous à l'adresse suivante http://www.april.org/association/dons.html (il est possible de faire un don par chèque, virement, carte bancaire ou encore prélèvement automatique).

Pour tout renseignement n'hésitez pas à nous contacter.

Rejoindre l'association à titre individuel

Dans une association, l'adhésion est un acte volontaire. C'est aussi un acte politique car c'est manifester son soutien à l'objet de l'association ainsi qu'aux valeurs qui le sous-tendent. Une adhésion fait la différence en contribuant à atteindre les objectifs de l'association.

Adhérer à l'April permet :

  • de défendre collectivement un projet de société ;
  • de s'investir activement dans la vie de l'association à travers ses groupes de travail et ses actions ;
  • d'être informé régulièrement des événements logiciel libre ;
  • d'agir sur les institutions à travers un partenaire incontournable ;
  • de soutenir financièrement les actions de l'association.

Il est possible d'aider l'association en lui donnant de son temps ou de son argent. Toutes les contributions sont les bienvenues.

Pour les hésitants, nous avons mis en ligne les réponses à de fausses idées classiques.

Pour adhérer à l'April, il suffit de vous rendre à l'adresse suivante : http://www.april.org/adherer?referent=lettre%20publique.

Pour tout renseignement, n'hésitez pas à nous contacter.

Rejoindre l'association en tant que personne morale

Que vous soyez une entreprise, une collectivité ou une association, adhérez pour participer activement aux décisions stratégiques qui vous concernent !

Votre structure a besoin de tirer le meilleur parti du logiciel libre et pour défendre ses intérêts, elle doit :

  • exercer une veille permanente pour se tenir informée des opportunités et des menaces ;
  • constituer et entretenir des réseaux relationnels institutionnels ;
  • être éclairée sur les contextes juridiques et stratégiques ;
  • contribuer à la défense de l'informatique libre face aux acteurs qui lui sont hostiles ;
  • mieux faire connaître et valoriser son action.

April est au cœur des grandes évolutions du logiciel libre. Adhérer à April permet :

  • de défendre collectivement un projet de société ;
  • de s'investir activement dans la vie de l'association à travers ses groupes de travail et ses actions ;
  • d'être informé régulièrement des événements logiciel libre ;
  • d'agir sur les institutions à travers un partenaire incontournable ;
  • de financer ou cofinancer des actions stratégiques.

Pour adhérer à l'April, il suffit de vous rendre à l'adresse suivante : adhérant dès maintenant à l'April.

Pour tout renseignement n'hésitez pas à nous contacter.

Archives

Pour recevoir automatiquement par courriel cette lettre, inscrivez-vous à la liste de diffusion : http://www.april.org/wws/info/april-actu.

Les archives de la lettre sont disponibles en ligne à l'adresse suivante : http://www.april.org/wws/arc/april-actu.

... / ... Lire la suite

(03/05/2015 @ 10:36)

Nouvelles de l'April Avril/Mai 2015  Voir?

Les nouvelles de l’association enregistrées à l’occasion de la réunion CA d’avril.

Un peu de retard dans la livraison, des soucis avec la vidéo qui nous valent une version audio uniquement.

Libre en fête a regroupé environ 80 événements et non une cinquantaine comme annoncé dans l'enregistrement.

Le podcast des nouvelles de l'April sur audio.april.org

... / ... Lire la suite

(01/05/2015 @ 15:24)

Glou/Apéro Lolica/April le 5 mai 2015 à partir de 18h30 à Reims  Voir?

5 Mai 2015 - 18:30
5 Mai 2015 - 18:30

Un apéro April ?

Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance avec le logiciel libre et l'April, d'échanger, de partager le verre de l'amitié et manger ce qui l'accompagne. C'est aussi l'association et de discuter sur l'actualité et les actions de l'April.

Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l'April ou pas ; novice ou amateur d'informatique. N'hésitez pas à venir nous rencontrer : la liberté informatique ne s'use que lorsqu'on ne s'en sert pas !

Quand et où ?

L'association Lolica (logiciel libre en Champagne Ardenne) a la gentillesse de nous permettre de partager leur Glou du 5 mail 2015 à Reims pour faire un Glou-Glou1 Lolica/April.

L'apéro aura lieu le 5 mai 2015 à partir de 18h30 au Grand Comptoir 2 cours de la Gare 51100 Reims (l’entrée se situe dans la gare sur la gauche)

  • 1. «GLOU» c'est le bruit que fait le liquide quand il descend entre deux discussions sur les libertés et la technologie.

... / ... Lire la suite

(30/04/2015 @ 14:55)

Apéro April le 29 mai 2015 à partir de 19h00 dans les locaux de l'April (Paris)  Voir?

29 Mai 2015 - 19:00
29 Mai 2015 - 22:00

Un apéro April ?

Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d'échanger, de partager une verre et de quoi manger mais aussi de discuter sur l'actualité et les actions de l'April. Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l'April ou pas. N'hésitez pas à venir nous rencontrer.

L'apéro a lieu à Paris notamment parce que le local s'y trouve ainsi que les permanents et de nombreux actifs. Membre ou pas de l'April vous êtes les bienvenus. Contactez-nous pour organiser un Apéro April dans votre région.

Quand et quoi

Le prochain apéro aura lieu le 29 mai 2015 à partir de 19h00 dans les locaux de l'April au 44/46 rue de l'ouest, bâtiment 8, 75014 Paris (entrée possible par la place de la Catalogne, à gauche du biocop, au niveau des autolib), le téléphone du local est le 01 78 76 92 80 en cas de besoin.

Pour tous les détails et vous inscrire rendez-vous sur le pad.

... / ... Lire la suite

(30/04/2015 @ 14:17)

Revue de presse de l'April pour la semaine 17 de l'année 2015  Voir?

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 17

[JDN] Pourquoi rejoindre l'Open Invention Network

Par Benjamin Jean, le jeudi 23 avril 2015. Extrait:
> Créé par IBM, Novell, Philips, Red Hat et Sony, l’Open Invention Network a pour but de protéger les logiciels libres et open source de la menace que font planer les brevets.
Lien vers l'article original: http://www.journaldunet.com/developpeur/expert/60705/pourquoi-rejoindre-l-open-invention-network.shtml

[L'OBS] Des ordis dans des bidons

Par Claire Richard, le mercredi 22 avril 2015. Extrait:
> Récupération et coûts minimum: le mouvement des Jerrys diffuse un accès facilité à l’informatique avec des composants d’ordinateur et des logiciels libres dans des jerrycans et autres matériaux simples.
Lien vers l'article original: http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2015/04/22/ordis-bidons-258696

[Les Echos] La société de confiance est (presque) pour demain

Par Jean-Christophe Despres, Mehdi Benchoufi, le mercredi 22 avril 2015. Extrait:
> La Blockchain favorise l'émergence d'une société peer to peer. Notre système représentatif est-il à bout de souffle? Sommes-nous malades de la défiance? Comment recréer du commun dans des sociétés atomisées?
Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-132262-la-societe-de-confiance-est-presque-pour-demain-1113554.php

[Nouvelle République] Les geeks libres dans leur bulle

Par la rédaction, le lundi 20 avril 2015. Extrait:
> L'association Gebull (Gâtine et Bocage utilisateurs de logiciels libres) qui organisait ses portes ouvertes samedi à la salle de la médiathèque pourrait passer pour un repaire de geeks (fous d'informatique ou de technologies) bien perchés dans leur monde. D'ailleurs, la table basse qu'ils ont fabriquée et programmée avec un jeu d'arcades pour quadras nostalgiques (Tron) pourrait confirmer cet a priori.
Lien vers l'article original: http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Communes/Bressuire/n/Contenus/Articles/2015/04/20/Les-geeks-libres-dans-leur-bulle-2301153

[Le Monde.fr] Jamais sans mon imprimante 3D, les «makers» changent la donne

Par Léonor Lumineau, le lundi 20 avril 2015. Extrait:
> Grâce aux outils numériques et à l'«open source» appliquée aux objets, le mouvement du «faire» prend de l'ampleur. Ses acteurs: des techniciens passionnés d'innovation, des entrepreneurs, des bidouilleurs du dimanche. En témoigne la «Maker Faire» dont l’édition 2015 se déroulera à Paris les 2 et 3 mai.
Lien vers l'article original: http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/04/20/jamais-sans-mon-imprimante-3d-les-makers-changent-la-donne_4619304_1698637.html

Et aussi:
[www.itele.fr] POC 21: Le village au service de l'écologie et de l'open source
[Largeur.com] La dictature du «do it yourself»

[Politico] Leaked digital single market’s 'evidence file' reveals Commission's ambitions

Par Zoya Sheftalovich, le lundi 20 avril 2015. Extrait:
> (des fuites de la prochaine stratégie du marché commun digital montrent que la commission s'apprête à proposer de vastes réformes qui pourraient tout affecter) Leaked copies of the upcoming Digital Single Market Strategy and its supporting Evidence file show the European Commission is ready to propose vast regulatory reforms that could affect everything from sales taxes and e-privacy to Internet searches and big data.
Lien vers l'article original: http://www.politico.eu/article/leaked-digital-single-market-strategy-evidence

Voir aussi:
Marché unique numérique européen: le rééquilibrage des droits d'auteur toujours pas envisagé

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

... / ... Lire la suite

(28/04/2015 @ 10:37)

Projet de loi renseignement/surveillance : agir avant le vote à l'Assemblée nationale du 5 mai 2015  Voir?

Le projet de loi relatif au renseignement sera mis au vote de l'Assemblée nationale le 5 mai 2015. Depuis sa présentation en Conseil des ministres le 19 mars dernier par le Premier ministre Manuel Valls, le projet de loi a soulevé une vague d'opposition rarement vue en France. Les citoyens, organisations, entreprises… qui refusent de céder à la logique de surveillance généralisée ont encore quelques jours pour informer, agir et faire barrage à ce projet de loi.

Le 4 mai 2015, veille du vote, une grande journée de mobilisation sera organisée.

Des bannières sont disponibles sur le site de La Quadrature du Net.

Des entreprises sont à l'origine d'un appel NiPigeonsNiEspions contre la surveillance généralisée d'Internet. Cet appel est complémentaire des actions plus activistes des associations et il est important que les entreprises le signent.

Il existe également une pétition « Retirez le projet de Loi Renseignement : c'est un Big Brother français  que vous pouvez signer, même si le recours au site Change.org pose de nombreux problèmes.

Pour en savoir plus et pour agir sur le projet de loi consultez le site Sous-Surveillance.fr.

... / ... Lire la suite

(27/04/2015 @ 15:05)

Marché unique numérique européen : le rééquilibrage des droits d'auteur toujours pas envisagé  Voir?

Le 20 avril 2015, Politico.eu a publié deux documents de travail de la Commission européenne sur le marché unique numérique (en anglais). Ces documents, qui ont fuité, permettent d'en savoir plus sur la stratégie à venir de la Commission concernant tous les sujets numériques. Révision de la directive IPRED, DRM et interopérabilité sont notamment au programme. L'April regrette que les propositions faites soient de nouveau largement insuffisantes pour réformer le droit d'auteur, à l'opposé du rapport Reda actuellement discuté au Parlement européen.

En plus de ce qui concerne le marché unique européen, ce document est particulièrement intéressant car il présente les grands objectifs de la Commission européenne pour tout ce qui touche au numérique. Au delà des questions de TVA et de l'évolution du e-commerce, une place est également donnée à la réforme de la directive IPRED qui est évoquée (pages 30 à 34), dans une perspective de lutte contre le "cybercrime", mais sans mention de la protection des droits des citoyens1.

De même, les évolutions concernant le droit d'auteur sont évoquées à plusieurs reprises. La Commission souhaite ainsi s'attacher à lutter contre le geoblocking (page 39 et suivantes), cette pratique qui consiste à empêcher les internautes d'accéder à des sites en fonction de leur localisation géographique. Le document traite également des exceptions au droit d'auteur, et mentionne la possibilité d'uniformisation de ces exceptions afin de clarifier le marché. Cependant, la Commission ne semble pas vraiment vouloir évoluer sur ces exceptions pour permettre un rééquilibrage du droit d'auteur : la Commission semble uniquement vouloir se concentrer sur la possibilité de développer l'exploration de données (data mining) pour l'éducation et la recherche.

Concernant la standardisation et l'interopérabilité, on peut regretter une définition de l'interopérabilité pour le moins vague et incomplète : « l'interopérabilité signifie l'interconnection entre des composants numériques comme des appareils, réseaux ou dépôts de données, dans un langage mutuellement compris »2. Rappelons que l'interopérabilité n'est pas une simple compatibilité. Il ne s'agit pas seulement de permettre à deux systèmes de communiquer entre eux, mais aussi de lire et de modifier les informations et contenus de manière fiable en garantissant que n'importe quel système présent ou futur puisse s'interconnecter. L'April regrette donc une définition insuffisante, qui vise à présenter comme interopérables des systèmes qui ne le sont pas.

Mentionnons enfin la possibilité évoquée de faire du « cadre européen d'interopérabilité, transposé dans des cadres nationaux, d'application obligatoire »3, sans que des garanties claires en termes de standards ouverts ne soient fournies par ailleurs. La deuxième version du cadre européen d'interopérabilité, adoptée en 2009, avait déjà fait polémique par la disparition d'une définition claire de ce qu'étaient les standards ouverts4.

Pourtant, le marché unique est du ressort du commissaire Ansip, qui avait affiché son soutien au logiciel libre lors de son audition devant le Parlement européen. Le document final de la Commission devant être publié le 6 mai 2015, l'April ne manquera pas d'exprimer ses inquiétudes au sujet de cette version de travail à la Commission européenne et entend suggérer des pistes d'amélioration, afin que les propositions permettent de rééquilibrer, enfin, le droit d'auteur.

... / ... Lire la suite

(24/04/2015 @ 14:44)

Conférence de l'April lors de l'évènement Associalibre 2015  Voir?

24 Avril 2015 - 09:00
24 Avril 2015 - 18:00

« Autour du Libre, quels enjeux pour les associations en Belgique ? » C'est la question posée lors de Associalibre, une journée de conférences, rencontres, partages, mini-formations, dédiée aux associations intéressées par les outils et les enjeux impulsés par les licences libres, organisée par Abelli ASBL.

Fidèle à sa mission de démocratisation et de diffusion du logiciel libre, l'April contribue grâce son groupe de travail Libre Association à « jeter un pont entre le logiciel libre et le monde associatif » en participant à cette journée d'échanges.

Dans ce cadre, l'April présentera le guide libre association à 10h45. Ce sera aussi l'occasion de discuter autour d'un échantillon de logiciels répondant aux besoins spécifiques des associations, en termes de gestion, de travail collaboratif, etc. Un atelier plus technique aura lieu à 13h30 pour aborder les solutions concrètes.

Dirigeants, salariés ou bénévoles associatifs, venez nombreux pour découvrir la valeur des logiciels libres pour votre structure !

La journée aura lieu au Mundo-B Ixelles, situé au 26, rue d’Edimbourgh, 1050 Bruxelles.
Le site web de l'évènement : http://www.associalibre.be

Le support de conférence, au format PDF ; et les sources au format TeX.

... / ... Lire la suite

(23/04/2015 @ 11:03)

Revue de presse de l'April pour la semaine 16 de l'année 2015  Voir?

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 16

[Next INpact] WikiLeaks: l'intervention des géants du Blu-ray dans le dossier Hadopi VLC

Par Marc Rees, le vendredi 17 avril 2015. Extrait:
> WikiLeaks a diffusé ce matin 30 000 documents et 170 000 emails dérobés à Sony Pictures Entertainment par des pirates informatiques. Dans le lot, une cinquantaine de documents concerne la demande VideoLan adressée en 2012 à la Hadopi pour permettre l’interopérabilité du Blu-ray.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/93861-wikileaks-l-intervention-geants-blu-ray-dans-dossier-hadopi-vlc.htm

[Breizh Info] On peut tout faire avec GitHub, même suivre l'évolution du Code Civil

Par la rédaction, le jeudi 16 avril 2015. Extrait:
> Suivre les changements multiples du Code Civil, ce n’est pas très simple. Même quand on connaît Legifrance qui présentent les versions successives d’une même loi, ou qu’on suit assidument les travaux des parlementaires. Ne serait-ce parce qu’un amendement ou un paragraphe de loi, cela ressemble souvent à ça: À l’article 165 du même code, le mot: «devant» est remplacé par les mots: «lors d’une cérémonie républicaine par». On peut trouver plus ergonomique, n’est-ce pas?
Lien vers l'article original: http://www.breizh-info.com/25322/actualite-societale/on-peut-tout-faire-avec-github-meme-suivre-levolution-du-code-civil

[L'OBS] L’algorithme du gouvernement sera intrusif et inefficace. On vous le prouve

Par Andréa Fradin, le mercredi 15 avril 2015. Extrait:
> On a demandé à des spécialistes en informatique s’il était possible de concevoir un programme répondant aux attentes du gouvernement en matière de renseignement. Résultat: techniquement, c’est très foireux.
Lien vers l'article original: http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/15/lalgorithme-gouvernement-sera-intrusif-inefficace-prouve-258672

Et aussi:
[Industrie et Technologies] Projet de loi Renseignement: cinq choses à savoir sur les Imsi-catchers
[Next INpact] Loi Renseignement: compte rendu de la troisième journée de débats
[Next INpact] Loi Renseignement: le gouvernement feint de corriger les «boites noires»
[Numerama] L'Assemblée adopte les boîtes noires qui surveilleront votre comportement
[Numerama] Boîtes noires: le Gouvernement réécrit... pour dire pareil

[Les Echos] Après le logiciel libre, voici le matériel libre

Par Jacques Henno, le mardi 14 avril 2015. Extrait:
> L'«open source» arrive dans l'univers des objets: de plus en plus de designers et d'industriels renoncent à une partie de leurs droits sur leurs créations. Un mouvement pas toujours désintéressé…
Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0204283695263-apres-le-logiciel-libre-voici-le-materiel-libre-1110940.php

Et aussi:
[L'OBS] Fablabs: «Le pire mot que je connaisse en français, c’est “bof”

[Nouvelle République] Pour vivre le Web en liberté

Par Laurent Gaudens, le mardi 14 avril 2015. Extrait:
> Le logiciel libre, c’est une philosophie. Et l’APP3L est là pour diffuser la bonne parole et aider ceux qui veulent franchir le pas.
Lien vers l'article original: http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communautes-NR/n/Contenus/Articles/2015/04/14/Pour-vivre-le-Web-en-liberte-2294174

Et aussi:
[La Voix du Nord] Avec le cyberbase, on apprend beaucoup

[L'Informaticien] L’Etat va rafraîchir le Référentiel Général d’Interopérabilité

Par Emilien Ercolani, le mardi 14 avril 2015. Extrait:
> Le RGI, publié pour la première fois en 2009, devrait évoluer. Une version «en mode provisoire» est disponible en ligne et ouverte aux commentaires publics.
Lien vers l'article original: http://www.linformaticien.com/actualites/id/36347/l-etat-va-rafraichir-le-referentiel-general-d-interoperabilite.aspx

Et aussi:
[Silicon.fr] RGI v2: après les polémiques, un outil enfin utile?
[Next INpact] L'État renouvelle son «référentiel général d'interopérabilité»

[Next INpact] La programmation informatique pourrait faire son entrée dans le programme de CE1

Par Xavier Berne, le mardi 14 avril 2015. Extrait:
> L’apprentissage de la programmation informatique sera-t-il bientôt obligatoire dès l’école primaire? C’est effectivement ce qui se dessine au travers des projets de programme dévoilés hier par l’Éducation nationale. Des enseignements plus poussés en matière d’algorithmique auraient ensuite lieu au collège, à partir de la cinquième.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/93814-la-programmation-informatique-pourrait-faire-son-entree-dans-programme-ce1.htm

Et aussi:
[Numerama] Cours de programmation à l'école: voici le programme provisoire

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

... / ... Lire la suite

(20/04/2015 @ 18:48)

Participons à la journée de mobilisation générale contre TAFTA/TTIP, CETA, TISA… le samedi 18 avril 2015  Voir?

Le samedi 18 avril 2015 aura lieu la journée de mobilisation générale contre les accords commerciaux type TTIP/TAFTA, CETA, TISA… partout en France et dans le monde. L'April encourage chacun à participer aux événements prévus.

TAFTA (Transatlantic Free Trade Agreement/Area - Zone transatlantique de libre-échange) est un accord commercial actuellement négocié entre l'Union européenne et les États-Unis, dans le but de créer une zone de libre-échange transatlantique. Ce traité couvre de nombreux sujets, dont le droit d'auteur et le droit des brevets. La sacralisation des DRM, ou menottes numériques, pourrait être mise en place par le biais de ce texte, mais aussi la légalisation forcée des brevets logiciels. Les organisateurs des événements ont de nombreuses raisons de s'opposer à ces accords commerciaux. L'April a résumé les problématiques posées en publiant une page de position dans laquelle sont développées les raisons de sa mobilisation contre TAFTA, mais également contre tous les accords commerciaux internationaux du même genre.

En 2012, les manifestations organisées contre ACTA avaient largement participé au rejet de ce traité. L'April relaie donc l'appel du collectif Stop Tafta et invite chacun à être présent pour faire entendre notre voix et pour expliquer les motifs de notre opposition à ces accords.

Pour plus d'information sur les manifestations prévues, n'hésitez pas à consulter le site du collectif.

... / ... Lire la suite

(17/04/2015 @ 14:14)

Revue de presse de l'April pour la semaine 15 de l'année 2015  Voir?

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 15

[L'OBS] Loi sur le renseignement: pas adoptée, déjà contournée par les hackers

Par Jean-Rémy Dubois, le samedi 11 avril 2015. Extrait:
> Le projet de loi sur le renseignement prévoit une surveillance accrue du web. Pas de quoi inquiéter les spécialistes des réseaux qui savent déjà surfer sous le radar des autorités.
Lien vers l'article original: http://tempsreel.nouvelobs.com/tech/20150410.OBS6931/loi-sur-le-renseignement-pas-adoptee-deja-contournee-par-les-hackers.html

Et aussi:
[Les Echos] Projet de loi sur le renseignement: les hébergeurs menacent de quitter la France
[Mediapart] Loi renseignement: peut-on encore croire à la démocratie parlementaire?

Voir aussi:
Appel à manifestation: non à la surveillance généralisée!

[Le nouvel Economiste] L’an I du capitalisme collaboratif

Par Edouard Laugier, le vendredi 10 avril 2015. Extrait:
> Les incroyables possibilités de l’économie collaborative, - le peer-to-peer-, vues par son théoricien belge Michel Bauwens
Lien vers l'article original: http://www.lenouveleconomiste.fr/lan-i-du-capitalisme-collaboratif-26762

Et aussi:
[L'OBS] Michel Bauwens: «Quand survient le chaos, il faut déjà avoir les solutions»

[Mediapart] Quand l'État s'ouvre au logiciel libre avec OpenFisca et Mes-aides

Par Frédéric Couchet, le mercredi 8 avril 2015. Extrait:
> Le journaliste Xavier Berne a publié début avril 2015 un article dans lequel il revient en détail sur la genèse et les objectifs d'OpenFisca et Mes-aides, qui permettent des simulations du système socio-fiscal français. Lors de la rédaction de son article, Xavier Berne m'avait contacté pour solliciter mon avis sur ces outils et cette initiative du gouvernement. Certains de mes commentaires ayant été repris en citations dans l'article, je vais développer ici un peu plus mon avis.
Lien vers l'article original: http://blogs.mediapart.fr/blog/frederic-couchet/080415/quand-letat-souvre-au-logiciel-libre-avec-openfisca-et-mes-aides-0

[usine-digitale.fr] POC 21: 5 semaines dans un château pour élaborer 12 produits open et écolo

Par Séverine Fontaine, le mercredi 8 avril 2015. Extrait:
> Pendant 5 semaines non-stop, au château de Millemont près de Paris, une équipe de 50 personnes va co-concevoir cet été 12 produits open source et respectueux de l’environnement. L’initiative, lancée par l’accélérateur POC 21, se veut une réponse concrète au problème de la transition énergétique et de la préservation du climat.
Lien vers l'article original: http://www.usine-digitale.fr/article/poc-21-5-semaines-dans-un-chateau-pour-elaborer-12-produits-open-et-ecolo.N321485

[Le Monde Informatique] Windows bientôt en Open Source

Par Jean Elyan, le mardi 7 avril 2015. Extrait:
> Un ingénieur de Microsoft a laissé entendre qu'une telle option n'était pas exclue: «C'est du domaine du possible». Une annonce choc à l'occasion des 40 ans de l'éditeur de Redmond.
Lien vers l'article original: http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-windows-bientot-en-open-source-60767.html

Et aussi:
[InformatiqueNews.fr] Windows bientôt open source?

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

... / ... Lire la suite

(13/04/2015 @ 15:24)

Table ronde au méta festival  Voir?

18 Avril 2015 - 17:00
18 Avril 2015 - 19:00

L'April participera le 18 avril 2015 à une table ronde sur les nouvelles technologies et Internet organisée par l'association Synesthésie en collaboration avec Philosophie Magazine et Technikart.

Cet événement se déroulera au sein du META Festival en présence du philosophe Mehdi Belhaj Kacem, le journaliste du Monde.fr Samuel Laurent, l'artiste Édouard Boyer, Éric Walter secrétaire général de l'HADOPI et Luc Fievet administrateur d'APRIL.

La table ronde se tiendra à la galerie Laurent Mueller 75, rue des Archives, 75003 Paris.

... / ... Lire la suite

(12/04/2015 @ 15:33)

Appel à manifestation : non à la surveillance généralisée !  Voir?

L'April s'associe à l'appel à manifestation non à la surveillance généralisée ! lundi 13 avril 2015, premier jour d'examen du projet de loi relatif au renseignement, à 12h30 près de l'Assemblée nationale. Les citoyens doivent montrer qu'ils refusent de céder à la logique de surveillance généralisée et sans garantie présentée comme indispensable par le gouvernement.

Pour en savoir plus et pour agir sur le projet de loi consultez le site Sous-Surveillance.fr.

... / ... Lire la suite

(12/04/2015 @ 10:26)

Quand l'État s'ouvre au logiciel libre avec OpenFisca et Mes-aides  Voir?

Le journaliste Xavier Berne a publié début avril 2015 sur Next INpact un article dans lequel il revient en détail sur la genèse et les objectifs du logiciel libre OpenFisca et du site Mes-aides, qui permettent des simulations du système socio-fiscal français. Lors de la rédaction de son article, Xavier Berne avait sollicité l'avis de Frédéric Couchet, délégué général de l'April, sur ces outils et cette initiative du gouvernement. Certains de ses commentaires ont été repris en citations dans l'article, il développe ici un peu plus son avis.

OpenFisca est « un moteur ouvert de microsimulation du système socio-fiscal. Il permet de calculer simplement un grand nombre de prestations sociales et d'impôts payés par les ménages, et de simuler l'impact de réformes sur leur budget. » C'est donc un logiciel libre de simulation socio-fiscal porté par des institutions publiques. Mes-aides.gouv.fr est un site qui permet de simuler, en un seul questionnaire, les principales prestations sociales auxquelles un foyer peut prétendre. C'est un service en cours de construction. Le code source de l'outil est disponible sous une licence libre.

Le logiciel OpenFisca et le site Mes-aides initient enfin le développement et la mise à disposition par les pouvoirs publics d'outils destinés au grand public et fonctionnant grâce à des logiciels libres. Espérons seulement que ce mouvement soit enclenché de façon durable !

Le fonctionnement de l'État et des services publics est de plus en plus complexe. Ce n'est pas propre à la France, et c'est certainement concomitant avec les progrès de l'informatique. Mais on aboutit à une situation où ce sont des algorithmes écrits par de toutes petites équipes qui définissent le droit.

Il est connu que les organismes sociaux ont leur propre interprétation de la loi. C'est inévitable, car la loi ne peut pas tout définir précisément. Donc, de plus en plus, "code is law" et seuls de très rares experts savent, chacun dans leur domaine restreint, les règles appliquées. Et si on n'a pas accès au code source, progressivement plus personne ne pourra contrôler ce qui se fait.

La publication du code source, et sous une licence libre, est indispensable au bon fonctionnement d'une démocratie moderne.

Le simulateur OpenFisca est un indéniable progrès (encore largement en construction). Mais c'est paradoxalement aussi le signe d'un échec : si les administrations avaient publié leurs algorithmes, des intiatives comme OpenFisca – qui doivent réécrire les règles sociales et fiscales à partir de zéro– ne seraient pas nécessaires. Il est quand même hallucinant de penser que l'État (aidé de la société civile) doive reconstruire de toute pièce un simulateur ouvert et libre parce qu'il n'arrive pas lui-même à accéder aux différents calculateurs et simulateurs développés par ses services et les partenaires sociaux (impôts, Insee, CAF…).

Ceci dit, saluons ce mouvement positif, signe d'un évident changement de philosophie. Il est encore trop tôt pour savoir si ce n'est qu'un feu de paille et si cette tendance va se généraliser, mais des petites équipes comme Etalab font bouger les lignes. Il ne s'agit plus seulement d'utiliser des logiciels libres parce qu'ils sont meilleurs que des logiciels privateurs, on s'attache désormais à s'assurer de la pérennité du logiciel, on choye sa communauté de développeurs et d'utilisateurs… C'était d'ailleurs le sens de la circulaire Ayrault de 2012 sur le "bon usage des logiciels libres dans l'administration française", qui dessinait une gestion informatique où l'acteur public n'est plus cantonné à un simple rôle d'acheteur mais également, par les effets positifs de la mutualisation induite par le logiciel libre, à un rôle de contributeur.

Bien sûr, l'État devrait mettre en place une politique publique en faveur du logiciel libre, en généralisant son utilisation et en diffusant sous licence libre les développements internes. Il devrait, a minima, développer le minimum nécessaire pour permettre à la société civile de prendre le relais.

Au lieu de tenter, à grands frais, de développer des projets cherchant à répondre à 100 % des besoins... et d'échouer après avoir dépensé des centaines de millions d'euros (dossier médical personnel, projet Louvois de fiche de paie des militaires…), l'État doit d'abord chercher à développer des interfaces de programmation (API) ouvertes. Il peut certes développer une interface utilisateur en libre, mais une API ouverte bien faite permet à tous les acteurs de la vie publique (entreprises, collectivités, associations, particuliers…) de développer des applications propres à chaque besoin.

Il est du devoir de l'État d'utiliser des standards ouverts et des logiciels libres, mais il doit aussi faire simple. L'histoire de l'informatique et d'Internet montre que les réussites durables prennent la forme d'itérations successives s'appuyant sur des briques standards et éprouvées, et donc libres !

Pour finir, faisons un lien avec le récent avis de la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada), favorable à la communication du code source du logiciel simulant le calcul de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. Cet avis a ouvert la voie vers une mise sous licence libre des logiciels développés par une administration. La décision de la direction générale des Finances publiques (DGFiP) est attendue avec impatience. L'impôt est un des fondements de notre république, et la transparence, une des conditions qui permet au citoyen de l'accepter. Donc, même si l'avis de la Cada n'est pas contraignant, il semblerait normal que la DGFiP donne une suite favorable à la demande et diffuse le code source sous une licence libre.

... / ... Lire la suite

(09/04/2015 @ 09:13)

L'Inde encourage à préférer le logiciel libre au logiciel privateur  Voir?

En Inde, le gouvernement vient de publier sa « Politique relative à l'adoption du logiciel libre pour le gouvernement indien » qui encourage l'adoption du logiciel libre dans les organisations gouvernementales comme « option préférée » par rapport aux logiciels privateurs.

Le Département de l'électronique et des technologies de l'information, qui dépend du ministère indien des communications et des technologies de l'information, a publié un document de 8 pages intitulé « Politique relative à l'adoption du logiciel libre pour le gouvernement indien » (une traduction en français est disponible1). Dans ce document, le ministère développe une politique qui encourage l'adoption du logiciel libre dans les organisations gouvernementales. Avec cette politique, le gouvernement indien « s'efforcera de choisir le logiciel libre dans tous les systèmes d'administration électronique mis en place par des organisations gouvernementales, comme une option à privilégier par rapport au logiciel aux sources fermées »2.

Cette politique doit s'appliquer à tous les nouveaux systèmes ainsi qu'aux nouvelles versions des systèmes existants. Pour se conformer à cette politique les organisations gouvernementales doivent inclure dans les appels d'offre une obligation pour les fournisseurs de proposer une réponse basée sur du logiciel libre en parallèle à une solution basée sur du logiciel privateur. Les fournisseurs devront justifier une absence d'offre basée sur du logiciel libre. L'organisation gouvernementale choisira l'option par rapport à «  la capacité, le contrôle stratégique, la sécurité, les coûts à long-terme et les besoins en support ». Des exceptions sont prévues mais elles devront être justifiées.

Le gouvernement est encouragé à collaborer avec les communautés du logiciel libre et à y contribuer.

Ce document émanant du gouvernement indien est une première étape pour l'instauration d'une vraie politique publique en faveur du logiciel libre.

  • 1. La traduction a été faite par Gilles Gravier - "Director, Senior Advisor - Global Open Source Practice - Wipro Limited"
  • 2. Traduction libre de "Government of India shall endeavour to adopt Open Source Software in all e-Governance systems implemented by various Government organizations, as a preferred option in comparison to Closed Source Software (CSS)"

... / ... Lire la suite

(08/04/2015 @ 17:39)

L'April et ses combats - Informatique libre, société libre - Conférence de Véronique Bonnet  Voir?


Nom de l'orateur
Illustration : Le Printemps (Primavera) - Botticelli

Titre : L'April et ses combats - Informatique libre, société libre
Intervenants : Véronique Bonnet
Lieu : ENS Cachan
Date : Mars 2015
Durée : 59 min 13
Lien vers la vidéo

J'ai deux précisions, on va dire préventives, parce que je serais vraiment très heureuse qu'il y ait des questions nombreuses. Il se trouve que je suis entrée en février au conseil d'administration de l'April. Je ne suis pas du tout informaticienne. Je suis venue au Libre par la philosophie. J'ai été normalienne, donc j'ai fait, boulevard Jourdan, des études de philosophie et, il y a un an et demi, il se trouve que j'ai visionné, et même pas in vivo, j'ai visionné une conférence de Richard Stallman et mon intérêt et mon attention pour l'humanisme, pour les valeurs des Lumières, se sont sentis tout à fait concernés par ce discours qui est très particulier qui est celui du Free Software.

J'ai appelé mon intervention « L'April et ses combats - Informatique libre, société libre », parce qu'il me semble, qu'en effet, ce qui fait la force du Free Software, ce en quoi il est peut-être plus directement joyeux, plus directement en phase avec l'existence que l'open source, c'est que, comme le dit Richard Stallman, l'informatique touche à la vie même. Et comme l'informatique touche à la vie même, c'est vrai qu'on peut aussi bien se contenter, c'est déjà très fort, de combat pour qu'il y ait un accès au code source, de combat pour essayer d'éviter que les lobbies des DRM et autres défenseurs de la propriété intellectuelle essaient d'intervenir dans les législations, essaient de prévaloir en législation. Mais il me semble aussi très important, et c'est le cas de l'April, c'est pour ça que je suis entrée à l'April, il me semble très important de ne pas oublier que le Free Software libère, bien sûr, des logiciels, mais libère aussi des manières de se comporter, de demander un droit à la parole, de défendre des valeurs d'intimité, d'extimité, ça me paraît aussi important que les valeurs d'intimité, c'est-à-dire la possibilité de sortir d'une certaine fascination, peut-être, pour la technologie, d'être capable de faire un pas de côté, pas seulement d'exercer ses prérogatives d'utilisateur.

Je vais commencer par rappeler, d'une façon peut-être étrange, mais mes outils sont les outils de la philosophie, que l'April a un nom de printemps. Nous sommes à la Fête du Libre, nous sommes à « Libre en fête », nous sommes dans le printemps du Libre et, peut-être pour vous donner envie de m'écouter, si j'avais à comparer l'April à une démarche culturelle préalable, il me semble que l'April évoque aussi bien ce qui s'est passé de fondamental, de décisif, au moment de la Renaissance. Dans une forme de réappropriation par l'être humain de l'espace, l'humanisme, qui met l'être humain au centre, qui n'en fait plus, éventuellement, un rouage ou un réceptacle. Et donc, je vais commencer mon exposé en évoquant trois tableaux qui sont de la Renaissance, et qui me semblent dire quelque chose des missions de l'April et des objectifs du Free Software.

Avant de vous montrer ces tableaux, je me ferai l'écho d'une inquiétude qui était celle de Victor Hugo. Victor Hugo, après les espoirs suscités par certains mouvements du peuple, dans « Choses vues », pose des questions en ce qui concerne la Troisième République, et se demande si la Troisième République respecte vraiment la souveraineté du peuple. Et c'est vrai que la Troisième République ressemble à un printemps, mais ça n'est peut-être pas tout à fait un printemps. Je vous lis ce qu'il écrit en 1874, donc après la Commune, et là il a l'impression que la Troisième République va être essentiellement une démarche d'optimisation, une démarche technique, pratique, qui va oublier certains idéaux, donc voilà ce qu'il écrit : « Supposez qu'avril soit une république et qu'avril soit sans oiseaux, sans nids, sans rayons de soleil, sans fleurs, sans abeilles, ce sera la république sans républicains. C'est à peu près cela que nous avons, un printemps avec les institutions de l'hiver ». Un printemps avec les institutions de l'hiver. Il me semble que le mouvement du Free Software s'arme pour que cette éclosion du libre, alors, qui, c'est vrai, permet à l'humanité de publier comme jamais, de transmettre, échanger, comme jamais, c'est vrai qu'il serait dommage que ce mouvement du Free Software soit confisqué simplement par des optimisateurs, par ceux qui gardent du libre simplement que ça marche, ou que c'est efficace, ou qui confondent libre avec gratuit, ou qui confondent libre avec ouvert, liberté avec libéralisme.

J'en viens à ces tableaux qui, me semble t-il, disent assez bien ce qu'il en est des missions que s'est donnée l'April. C'est une association qui vient de fêter ses dix-huit ans, qui est devenue majeure, en novembre dernier, et qui s'appelle Association Francophone pour la Promotion et la Défense des Logiciels libres. Le premier tableau, « Le Printemps » de Botticelli. Le printemps, alors une forêt habitée, une forêt avec des symboles, avec au centre Vénus, avec cette vigueur du printemps, avec Flore. Vous avez Zéphyr qui a changé Chloris pour en faire la déesse des fleurs. Cette femme qui parle, et des fleurs s'échappent de sa bouche, devient la déesse des fleurs. Vous avez les Grâces. Vous avez Mercure, donc, la divinité de la communication, des voyageurs, qui, de son caducée, éloigne l'hiver. C'est un peu amusant pour nous, qui éloigne le cloud, qui éloigne, de son caducée, certains nuages menaçants. Ce qui me semble être manifesté, dans cette énergie de Botticelli, que, je pense, l'April incarne, l'April manifeste, c'est que le printemps c'est l'éveil des vivants et des êtres parlants, et que, ce qu'on appelle la révolution numérique, c'est un éveil possible, c'est une éclosion possible. Je pense que ça serait dommage qu'il soit confisqué au profit de substantifs un peu vagues, un peu fourre-tout, comme le libre, le numérique, le tout numérique, et il me semble qu'il y a une rigueur dans cet exercice, qu'on peut faire de la vigueur dans cet exercice, qu'on peut faire de l'énergie.

Le deuxième tableau c'est aussi un tableau de Botticelli. Ça s'appelle Pallas, donc, Pallas Athéna, la déesse de la sagesse. Vous la reconnaissez, elle a une couronne d'olivier, elle a la hallebarde, elle a aussi, parce que c'est une œuvre de commande, la livrée des Médicis. C'est un tableau de composition, donc de commande, et de sa main, et ça ça me paraît très fondamental dans la vigilance qui est celle de l'April, dans son pari que le Free Software va plus loin que l'open source, je vais m'en expliquer, elle pose la main sur la tête d'un centaure, d'un personnage qui est hybride, le centaure, donc mi-cheval, mi-humain, réputé dans la mythologie pour être un être violent, pour être un être cupide. Je pense à cette extrême attention qu'a aussi bien la FSF que l'April pour essayer de calmer… que, un certain sommeil, une certaine fascination pour la technologie et pour l'informatique fasse s'éveiller les monstres. Le sommeil de la raison engendre des monstres. Peut-être est-il important que, de temps en temps, des perspectives un peu globales et un peu critiques, je parlais tout à l'heure d'extimité, savoir faire un pas de côté, essayent d'affronter des monstres technologiques. Richard Stallman, par exemple, parle des iThings comme de monstres technologiques, de certaines montres connectées. Des objets connectés, des montres connectées, et autres joyeusetés, qui relèvent, peut-être, du mélange des genres, comme ici le centaure.

Et enfin, pour ne pas abuser de votre patience, dernier très beau tableau. C'est du Paolo Uccello, donc le peintre des batailles, le peintre de la bataille de San Romano, et, là, vous avez, représentée, la contre-offensive décisive qui permet, à la bataille de San Romano, d'être la victoire qu'on sait. Contre-offensive, il me semble que c'est une notion qui définit assez bien la vigilance, aussi bien de la FSF que de l'April pour l'espace francophone, parce que, souvent, dans l'urgence, il arrive qu'il faille collaborer à des brouillons, à des pads, à des communiqués de presse, à des contre-offensives, qu'il faille faire extrêmement vite, parce que le lobby de ce que j'appelle l'informatique fermée, ou l'informatique qui est simplement intéressée par des effets commerciaux, il se trouve qu'assez rapidement ces lobbies sont aux aguets lorsque telle législation se discute, lorsque telle demande de tel citoyen reçoit une réponse. Et je n'exclus pas, d'où ce terme de combat, je n'exclus pas, dans cette responsabilité qui est faire fructifier, fleurir d'abord, le Free Software, qu'il y ait un caractère décisif de la contre-attaque. À certains moments, il est important de prendre la parole, de dire son sentiment, lorsque telle institution est rétive, par exemple, à l'interopérabilité, lorsque l'égalité des citoyens, dans l'accès aux documents, n'est pas nécessairement garantie. Et donc, il me semble que le printemps, et c'est vrai que c'était la tradition aussi à la Renaissance et aussi dans l'Antiquité, est parfois le réveil de certaines polémiques, qui exigent qu'on aille assez vite pour élaborer certaines réponses.

J'ai cherché une photographie de Richard Stallman, printanière. Ça tombe assez mal [Note de la Conférencière : photographie qui évoque l'Asie, non les USA], puisque je vais vous dire que l'April, qui donc a dix-huit, alors que le projet GNU a eu trente-et-un ans, a très vite pris contact avec Richard Stallman qui, aux États-Unis, s'est heurté à un dysfonctionnement qui lui a fait concevoir un projet, dont, dans l'espace francophone, l'April, l'association April, est porteuse. J'ai trouvé cette photographie réjouissante. Je vais procéder par deux axes. Je vais déjà faire le lien entre la FSF, que très certainement vous connaissez très bien, l'April qui s'écrivait d'abord en majuscules, qui n'est pas l'April actuelle, dont, alors je vous ai montré tout à l'heure le logo, dont seule, la première lettre est en majuscule puisque, entre temps, les enjeux et les contextes ont changé. C'est-à-dire de l'association qui était née avec des étudiants en informatique qui avaient peur de la montée en puissance de la brevetabilité qui empêchait même les intellectuels et les universitaires d'échanger entre eux, ce qui, pourtant, était la tradition. C'est vrai que, avant de vous parler de l'April même, et c'est vrai que lorsque l'April a eu deux ans, Richard Stallman est venu à Saint-Denis pour faire une première conférence, il me semble qu'il est important de parler, bon, à ceux de vous qui n'en auraient qu'une idée vague, de en quoi le projet GNU est un projet dont je disais, tout à l'heure, qu'il était un projet d'éveil, un projet de printemps, essayant de donner la meilleure part aux êtres parlants parmi les vivants.

Que vais-je vous dire de la FSF, la Free Software Foundation ? Vous savez, très certainement, que Richard Stallman, au début, se heurte, et ça c'est important de le rappeler, à un problème de dysfonctionnement. Donc il est au MIT, c'est un mathématicien émérite, c'est un programmeur émérite. Un jour, une machine, une imprimante Xerox, lui résiste. C'est très désagréable parce que, non seulement un utilisateur devrait s'attendre à pouvoir en faire pleinement usage, mais il pourrait même, étant donné qu'il est programmeur, pouvoir disposer d'un code source permettant d'implémenter des améliorations, permettant d'optimiser un fonctionnement. Pourquoi rappeler cela ? Parce que si le projet GNU part d'un incident qui concerne le fonctionnel, le non fonctionnel, il me semble qu'il y a actuellement une vigilance, aussi bien de la part de Richard Stallman que de la part de l'April, pour ne pas réduire les questions informatiques et les questions de l'informatique libre à des considérations sur ce qui est opératoire. Ça part bien d'un dysfonctionnement, ça vise bien un fonctionnement, mais entre temps, c'est l'éthique qui s'installe, et l'éthique qui va dire que ça n'est pas rien que celui qui a un usage informatique puisse l'exercer jusqu'au bout, parce que c'est vrai que, cet usage, il sous-tend, il traverse sa vie même. Et c'est vrai que ceci concerne la construction de l'autonomie et l'usage plénier de l'autonomie.

Comme vous en savez vraiment beaucoup, me semble t-il, sauf questions, et dans ce cas-là vous n'hésitez pas à interrompre, il est vrai qu'au début le projet GNU se dote d'absolument toutes les précautions. Donc c'est un appel, qui est lancé par Richard Stallman, à des informaticiens, pour écrire du code, de façon à ce que, échappe, au moins, à des verrouillages successifs, à des brevets successifs, ce qui est le vecteur d'une certaine humanité, qui veut rester l'humanité qui veut échanger, qui veut collaborer.

Je vais, parce que c'est vrai que mon territoire initial est le territoire philosophique, il me semble qu'il convient de bien faire la différence entre liberté informatique, informatique libre, et informatique qui serait simplement libérale, c'est-à-dire qui serait de l'ordre du laisser-faire, laisser-passer, absence de barrage. Le projet GNU ne vise pas du tout une absence de barrage. Le projet GNU vise une autonomie, c'est complètement différent, c'est-à-dire vise une certaine posture de l'usager qui va non seulement s'autoriser à écrire du code, à, si du code est ouvert, accéder à lui, l'améliorer, redistribuer. Il me semble que dans informatique libre, et en tout cas c'est le credo de l'April, il y a une certaine contrainte imposée à soi par soi. Et donc il me parait important de la distinguer entre ce qui serait simplement une absence d'entrave, comme on le voit aussi bien dans le libéralisme que dans le libertinage, que dans des considérations qui seraient seulement économiques.

Vous savez que free en anglais est ambigu. Free veut dire libre et veut dire gratuit. D'une façon assez récurrente Richard Stallman fait la différence entre free beer, une bière gratuite et free speech, un discours qui est libre, qui est autonome, qui décide lui-même où il va. Concernant maintenant le risque d'une confusion entre liberté, libéralisme, libertinage, là, je me réfère à un texte, qui est très connu, ça s'appelle la « Fable des abeilles » de Mandeville. « Fable des abeilles » qui est à la base de ce qu'on appelle après, le libéralisme d'Adam Smith, de la main invisible. Comment, en étant cupide, l'économie libérale finit par être bénéfique, parce que celui qui veut vendre cher son pain a intérêt qu'il soit bon. Ça va encore plus loin dans la « Fable des abeilles » de Mandeville : il compare deux ruches possibles. Que se passerait-il si une ruche était habitée par des abeilles vertueuses ? Eh bien, les abeilles vertueuses, elles ne butineraient pas, alors qu'au moins une ruche peuplée d'abeilles cupides, cette ruche-là va prospérer. Ça c'est tout à fait le lien…, vous savez ce qu'en fait Sade après : les infortunes de la vertu, les prospérités du vice, c'est le lien entre libéralisme et libertinage. Il faut faire, je crois, la différence entre une libération qui serait simplement une absence d'entraves commerciales, d'entraves logicielles, sonnantes et trébuchantes, et une informatique libre, qui dépasse le modèle de la ruche, le modèle de l'avidité. Le Free Software n'est pas une ruche avide, il n'est pas une ruche cupide. La différence qui s'est manifestée entre le Free Software et Open Source… (c'est vrai que Richard Stallman parle souvent de 1998)… on estime que c'est le texte d'Éric Raymond, qui oppose la cathédrale et le bazar, qui ouvre la voie de l'Open Source. Ou au moins, comme c'est le bazar, il y a beaucoup beaucoup d'utilisateurs, tous veulent que leurs lignes de code fonctionnent, tous échangent. Je pense qu'il serait dommage de réduire le bazar à une ruche. Je pense que les différentes ''install party, les différents événements, les différentes propositions collaboratives qui sont celles du Free Software, ne sont pas réductibles seulement à un modèle de "faire son miel", "faire son beurre", parce que c'est fiable, parce qu'il y a beaucoup de rapports de bugs, parce que les utilisateurs sont nombreux et, du coup, ça fonctionne.

Conséquence de cela, c'est vrai que, alors on est toujours dans des images de printemps, toujours dans des ruches, des arbres, des petits animaux… C'est vrai que le GNU, la GNU General Public License, va davantage faire appel à un modèle qui est celui du marcottage, qui est celui du fraisier ; là vous avez une page de botanique. Vous avez, dans l'usage des licences GPL, bon, de manière générale, dans les licences qui évitent que le code produit par la communauté soit confisqué, c'est vrai, que vous avez des démarches très bien pensées par Eben Moglen, qui permettent à quelqu'un qui utilise le copyleft d'imposer à ceux qui l'utiliseront, l'amélioreront, le redistribueront, de le faire également sous copyleft. Donc c'est vrai que le modèle de la fraise, le modèle du fraisier, du marcottage, du stolon, là, vous avez un fraisier qui va produire, par une longue tige, un autre, puis un autre, par une longue tige, il me semble que ce modèle-là est un modèle beaucoup plus intéressant et beaucoup plus fort que celui, simplement, de la ruche de Mandeville où la volonté de réussir donne lieu, en effet, à des optimisations, mais optimisations qui sont simplement fonctionnelles, qui peut-être ne sont pas simplement éthiques.

Quel rapport, maintenant, entre la FSF et la première version ? Alors là c'est le premier logo de l'April, qui prend naissance, alors, il y a cinq étudiants qui sont des cofondateurs. C'est à Saint-Denis, c'est au laboratoire d'informatique de Saint-Denis, le bocal. Alors il y a les enseignants, il y a les étudiants qui peuvent faire soit des mathématiques, soit de la linguistique en même temps que de l'informatique, et eux-mêmes, à leur tour, sont affolés par la montée en puissance des brevets, des estampilles confiscatoires, qui font qu'il devient très compliqué d'échanger, de proposer des morceaux de code, de proposer des lignes, en ne sachant pas exactement quel est l'interdit qui va s'abattre ou le dispositif de verrouillage qui va intervenir.

La première April s'appelle donc "Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre". Il y a déjà "promotion", il y a aussi "recherche". Le contexte est extrêmement clair à comprendre : on est dans une fac. Vous avez des programmeurs en formation qui vont construire, qui vont concevoir, et là, le contexte, donc, fait que "recherche" est à l'ordre du jour. Je compare avec la traduction actuelle : ça, c'est le logo actuel de l'April. Donc c'est une association francophone. C'est très important parce que nous ne nous limitons pas à la France, nous avons au Canada, par exemple, un vice-président de l'April et une administratrice de l'April qui sont allés le 21 mars, jour du printemps, au MIT, à LibrePlanet, une grande rencontre mondiale autour du Logiciel Libre. Donc actuellement l'April c'est l'Association francophone pour la Promotion et la Défense des logiciels libres. La "recherche" ayant été revisitée et ayant été, donc, effacée de la traduction actuelle de ce logo, parce que la défense est devenue une part qui très décisive et qui occupe la plupart du temps nos trois permanents, nos bénévoles, et donc, nos adhérents.

Comme j'ai dit que dans le Free Software, qui n'est pas simplement occupé par des questions d'efficacité, de fonctionnement, d'opérativité, d'optimisation, mais par des questions éthiques… donc j'ai choisi de décliner les trois mots clefs de l'April : promouvoir, défendre, fédérer, donc, d'abord dans un cadre informatique, plus directement informatique, et ensuite, dans un cadre large, dans le cadre de la société libre, ceci étant lié à cela. Il va de soi que je vais être très allusive. Je pense que le mieux, si vous souhaitez vous informer sur tel axe de mobilisation actuel de l'April : il est intéressant d'aller sur le site de l'April. J'ai mis à votre intention des dépliants. Vous faites tout simplement https://www.april.org et vous êtes tenus au courant des dossiers de presse, des actions et des différents bilans des combats de l'April. Je commence par décliner promouvoir, défendre et fédérer dans le registre de l'informatique même, et j'élargirai après.

Concernant la promotion du Logiciel Libre, comme l'orateur précédent a fait référence aux quatre libertés, ces quatre libertés qui sont définies dans la philosophie GNU, sont reprises par l'April, l'April qui est traductrice, pour la FSF, des différents articles qui concernent la philosophie GNU, ainsi que de certaines conférences. Certaines conférences, donc, sont réalisées. Nous avons un groupe de transcriptions. Nous avons un groupe de traductions. Par exemple, dans la rubrique promouvoir le Logiciel Libre, actuellement il y a un gros dossier qui est le dossier qu'on appelle, pour faire vite, RGI, c'est-à-dire la question de l'interopérabilité dans les différents ministères. RGI. Vous avez entendu parler, peut-être, de la pétition pour les formats ouverts dans l'éducation, qui est à l'initiative de l'April, parce qu'il est pour le moins étrange qu'il y ait des communications en .doc et en .xls, alors que certains parents, certains professeurs, certains élèves ont de difficultés à payer cette redevance-là. Alors qu'il y a une circulaire Ayrault. Circulaire Ayrault qui suggère, alors évidemment c'est écrit « dans la mesure du possible », de donner la priorité à des formats ouverts. Cette question de l'interopérabilité, puisque l'April souhaite accompagner les institutions dans leur migration, puisque nous sommes encore en période électorale, a donné lieu à des propositions de signature de pacte du logiciel libre, tout simplement parce que ce sont encore les départements qui gèrent les dotations en informatique des collèges. On a une cinquantaine de signatures, parce que cette pétition a été proposée aux différents candidats. Ce sont souvent les mêmes signataires que lors des opérations précédentes. Mais c'est vrai qu'il y a cette mobilisation-là de l'April, actuellement, sur l'interopérabilité.

Défendre, deuxième mot clef. Vous avez ici un nuage, alors nuage qui contient ce qu'on appelle les quatre dangers de l'informatique elle-même, à savoir les …, alors vous prendrez aussi des stickers, donc les DRM, l'informatique qu'on appelle l'informatique déloyale, les brevets logiciels et ce qu'on appelle maintenant la vente liée, qui s'appelait autrefois la vente forcée. Il est important de se faire entendre, et là on est bien dans la contre-attaque que j'évoquais tout à l'heure avec le tableau de Paolo Uccello. Actuellement il y a un gros dossier qui est : comment faire face à la pluie d'amendements du rapport Reda. Reda, c'est un rapport qui a été proposé par la seule députée pirate de l'Europe, donc le rapport Reda, qui demande qu'on mette fin aux limitations qui sont imposées, aux limitations d'accès. Parce que les citoyens ont du mal, parce que la législation Walt Disney a fait que, maintenant, une œuvre entre dans le domaine public au bout de soixante-dix ans, par exemple, et non pas cinquante, et non pas… ! Certains pays d'Europe avaient des législations plus favorables. Le rapport Reda pointe les limitations existantes. Rapport qui, bien sûr, donne lieu à une contre-offensive, à un lobbyisme extrêmement actif de la part des défenseurs de l'informatique fermée, donc, et l'informatique qui est simplement ouverte et non pas libre.

Je parlais de fédérer : là encore la Renaissance. Vous avez un tableau d'Arcimboldo, c'est le même tableau [NdC : le même tableau, une fois à l'endroit et une fois à l'envers]. Si vous le regardez d'un côté vous avez un magnifique plat qui se prépare, des ressources potagères extrêmement fraîches et vigoureuses. Bon, si vous retournez le tableau, vous voyez le cuisinier. Quel rapport avec fédérer ? Parce que l'April dispose de listes de diffusion qui, d'une façon très systématique, essaient de faire l'inventaire des ressources existantes, extrêmement créatives. Par exemple, pour l'éducation, des logiciels qui ont été inventés en mathématiques. Qui ont été inventés en SVT. Pour apprendre les langues… L'April essaie de fédérer des utilisateurs autour d'usages patrimoniaux pour que chacun, alors je ne vais pas dire "fasse sa cuisine", mais essaie, dans la mesure du possible, et là je renvoie à nouveau aux quatre libertés dont il a été question, non seulement accéder au code source, non seulement l'étudier, le modifier, le redistribuer, mais puisse même, et ceci fait le lien avec ce que j'appelle société libre, prendre des contacts avec d'autres schémas, avec d'autres partenaires de la société. Je pense, par exemple, aux semences qui sont brevetées, qu'on est obligé d'acheter, une certaine analogie entre les logiciels verrouillés et les OGM, la question des semences, la possibilité, ou non, de pouvoir améliorer, redistribuer, et donc, ceci est le lien que je voulais faire parce que la société civile toute entière est appelée, et c'est pour ça qu'à l'April il y a une liste qui s'appelle la liste diversité.

Les non informaticiens sont bienvenus. C'est un des points sur lesquels Richard Stallman, quand il fait des conférences, insiste toujours : si vous n'êtes pas informaticien vous avez votre place à la FSF. Je dirais la même chose exactement de l'April, à savoir, si votre projet qui concerne aussi bien l'agriculture, qui concerne aussi bien la publication, qui concerne aussi bien la musique, est en butte à des tentatives de confiscation, alors qui, certes, ne sont pas les quatre dangers logiciels mais sont des dangers analogues et comparables. Si vous ne pouvez pas exercer votre liberté 0 d'être parlant et de programmeur, éventuellement de cuisinier. Pour l'instant, heureusement, les recettes de cuisine sont libres. On a le droit de faire sa purée tout seul sans avoir à être rançonné, à chaque fois, par tel inventeur génial. Vous savez, par contre, …alors je n'aimerais pas du tout… que Happy Birthday, méfiez-vous, ne fêtez jamais, alors faites éventuellement la cuisine pour un anniversaire, ne chantez jamais Happy Birthday, puisque cette chanson est déposée, cette chanson n'est pas dans le domaine public, et vous risquez gros.

Rires du public

Voilà, c'est le scoop du jour.

J'en viens à ce deuxième axe qui, je crois, est à l'honneur de l'April, qui essaie d'intervenir de la manière la plus large. Nous avons 4200 adhérents à l'April, nos dix-huit ans se sont fêtés par une nouvelle adhésion qui nous encourage beaucoup, parce que, non seulement, nous avons des adhérents individuels, environ 3800, nous avons 400 personnes morales : la ville de Paris vient d'adhérer, ce qui est encourageant. Des régions sont appelées à rejoindre ce mouvement pour un usage, non seulement de l'informatique autonome et éthique, mais peut-être d'autres propositions également. Donc j'étais en train de vous dire que j'allais maintenant décliner promouvoir, défendre, fédérer en ce qui concerne la société libre elle-même, qui est directement liée…, parce que l'informatique traverse nos vies, personnelles et professionnelles, …qui est directement liée avec cette autonomie à faire notre informatique comme nous voulons.

Que veut dire par exemple, à l'April, promouvoir l'autonomie ? Vous êtes ici, c'est une photographie qui a été prise lors d'un April Camp qui se tenait, alors vous connaissez peut-être les lieux, chez Mozilla, qui accueillait un April Camp. Et lors de ces moments de l'April Camp, oui ça va du monument historique, ancienne ambassade d'Autriche… Je vais vous monter un autre April Camp, ça peut aller jusqu'à, là, vous avez reconnu aussi, nous étions hébergés à l'École 42, de Xavier Niel. Encore une fois, à partir du moment où on veut fédérer, ça veut dire que tout lieu est bon, ça veut dire que tout support est bon, ça veut dire qu'il faut s'imposer aussi bien, d'être tout à fait heureux de rencontrer tout groupe de la société qui le souhaite. Là c'est une autre forme d'April Camp.

Pourquoi promouvoir l'autonomie à travers la promotion du Logiciel Libre ? J'ai parlé de deux mots clefs, le terme d'intimité, le terme d'extimité. C'est vrai que souvent, la préservation de l'intimité, de la vie personnelle, est souvent travaillée par des partenaires de l'April tels que la Quadrature du Net, tels que que Framasoft, dans son projet actuel de « dégoogliser », d'éviter de faire des utilisateurs des vaches à lait, des pourvoyeurs de métadonnées, c'est-à-dire à peine des sujets mais, peut-être, déjà des objets, en tout cas des êtres qui sont essentiellement pourvoyeurs d'un big data qui est extrêmement vertigineux à évaluer dans ses effets économiques possibles.

Lorsqu'on entend intimité,… et c'est vrai que j'aime bien l'image qu'utilisent aussi bien Tristan Nitot que Jérémie Zimmermann, …intimité, chez soi, cet espace. Parce que c'est vrai que quand on sait que même poser la main sur le clavier, si on change aussitôt d'avis, peut être récolté par les filets dérivants, on y réfléchit à deux fois. C'est vrai que l'image qu'utilise Tristan Nitot, reprise par Jérémie Zimmermann est assez belle. Tristan Nitot c'est : chanter sous la douche. Chez moi, je chante sous la douche et je n'ai pas peur du ridicule. Espace d'expérimentation. Alors je le fais une fois, ce n'est pas terrible. La deuxième fois c'est peut-être encore pire, après ça risque d'aller. Image reprise par Jérémie Zimmermann : la guitare. Chez moi j'essaye, j'essaye vraiment beaucoup. Il se peut qu'en ayant essayé vraiment beaucoup j'y arrive un jour. Mais c'est vrai que cet espace d'intimité, cette manière dont peut être protégée l'intériorité, le mystère de l'être, le dedans, qui ne doit pas devenir transparent, est ce sur quoi l'April aussi fédère, avec, bien sûr, et en phase avec les autres partenaires de combat que sont la Quadrature, que sont Framasoft, Parinux, Oisux. Il va y avoir bientôt les RMLL, à Beauvais, qui sera aussi un événement important.

Je parlais, et je ne vais pas abuser de votre patience, d'une dimension qui m'intéresse aussi beaucoup, qui est la dimension de l'extimité, qui est d'essayer de ne pas être fasciné, pouvoir faire un pas de côté, pouvoir avoir un recul critique, ce à quoi, me semble t-il, la liberté 0 de l'utilisateur conduit. Si je veux être vraiment autonome, il faut que je sache ce que je fais. Et pour savoir ce que je fais, il faut que je ne sois pas verrouillé dans des délégations, dans du SaaS, qui fait que je ne sais pas ce qui se passe, qui fait que, comme je ne suis pas informaticien, alors je fais confiance. Ce de quoi parlait l'orateur précédent. Je suis bien obligé de faire confiance. Extimité, l'April essaye de recommander des instances, essaie de recommander des groupes de concepteurs, qui essaient de faire toute la lumière sur leurs intentions et sur leurs procédés.

Défendre les conditions pour nourrir l'économie ? En ce moment il y a un gros dossier, à l'April, qui est bien sûr, parce qu'il y a à chaque fois un nouveau round qui va rebondir, qui va donner lieu à des amendements, qui va donner lieu des réécritures, TAFTA (NdT : traité de libre-échange transatlantique) qu'on appelle aussi TTIP, est actuellement en voie de décider quels types de produits culturels, quels types de services… Il y a eu le débat est-ce qu'un livre numérique est un livre, est-ce que c'est un service. Là, l'April est extrêmement vigilante parce qu'il en va du taux de TVA. Il en va du développement du livre numérique, des contributions, de la possibilité d'être publié. Il est vrai que cette contre-offensive est aussi importante.

Enfin, fédérer peut vouloir dire fédérer plus largement que sur l'informatique elle-même. Là, vous avez aussi une photographie, vous êtes invités, le prochain est le samedi 11 avril à 19h30, donc un apéritif de travail, au local de l'April, rue de l'Ouest. C'est toujours annoncé bien à l'avance, sur le site de l'April. Là vous avez donc une de ces réunions, dans le local de la rue de l'Ouest. Et c'est vrai que lors de ces moments, qui peuvent être très locaux, qui peuvent être amenés à inviter tel utilisateur de produits libres, dans un tout autre contexte, c'est vrai qu'il y a cette ouverture à qui, bien sûr, n'est pas Aprilien. L'April tient à garder ses portes largement ouvertes. Et ceux de vous qui peut-être ont signé l'appel à l'interopérabilité et aux formats ouverts dans l'Éducation, se sont vu proposer de recevoir la liste Educ de l'April, qui, bien sûr, s'enrichit des objections de ceux qui n'appartiennent pas à l'April.

Là vous avez, c'était pris lors de la dernière AG, dix-huit ans obligent, retour aux sources , à la fac de Saint-Denis. Ici vous reconnaissez peut-être certains Apriliens. Vous avez, au premier plan, notre nouveau président, qui est Jean-Christophe Becquet, qui a remplacé Lionel Allorge. Vous apercevez Frédéric Couchet, qui est l'un des cinq cofondateurs historiques, en 1996, qui est l'un des trois permanents. Et donc, il me semble que ces réunions, là c'est une réunion de conseil d'administration, l'un des derniers, c'est vrai que se pose toujours la question de comment faire pour que… et j'en reviens à mon point de départ, et comme ça je suis ouverte à vos questions… se pose toujours la question, comment faire, il me semble que ce tableau d'Arcimboldo est exemplaire, aussi bien de représentation, dont la totalité est constituée d'une multiplicité d'éléments, qui est peut-être l'un des beaux emblèmes de la façon de faire fleurir le Libre, comment faire que le printemps du Free Software soit, véritablement, un printemps. Voilà. Je vous remercie de votre attention, et je suis ouverte bien sûr à toute question.

Applaudissements

Je ne savais pas du tout si vous connaissiez ou non l'April. Je crois que j'ai été assez brève sur la présentation, sur les buts. Vous avez peut-être des inquiétudes à propos d'une mission de l'April ? Non ? Oui ?

Public : Justement, j'aurais bien que vous donniez quelques éléments. Vous avez, notamment, parlé de la pétition qui avait circulé.

Véronique : Voilà. J'ai donné l'exemple de cette pétition. J'ai donné l'exemple de déclarations de presse, récentes, concernant les amendements au rapport Reda, donc cette députée qui souhaite qu'il y ait un toilettage européen, qui aille non pas dans le sens de la libre concurrence, et de la rentabilité à tout crin, mais qui aille dans le sens d'un accès des citoyens au domaine public, à ce que, parfois, on appelle les communs, qui structurent le vivre ensemble, qui structurent l'existence. Et donc un des exemples de dossier autre que j'ai évoqué, c'est vrai qu'il faut savoir où en sont les pourparlers de TAFTA. Il faut savoir si, alors que ACTA a échoué parce que là il y a eu vraiment une mobilisation massive, il faut savoir si, derrière ce qui a l'air de changer, il n'y a pas, en réalité, les mêmes conditions, les mêmes enjeux. Ce qui veut dire que l'April a, à la fois, un rôle de vigilance, savoir quels sont tous les traités qui sont proposés, quels sont les groupes de travail, quelle est leur composition ; si, dans ce groupe de travail, il est possible de faire advenir telle suggestion ; s'il est pertinent ou opportun d'envoyer à la presse, à tel moment, tel bilan. Il y a vraiment un travail, je dirais, de veille.

Dans très peu de temps, l'une de nos administratrice va défendre sa thèse de droit sur le droit à l'interopérabilité, par exemple, ce qui va travailler sur un domaine du droit qui relève parfois du vide juridique ou de l'interprétation. Je dirais que dans l'April il y a, à la fois, le plus précis, le plus méticuleux, parce que c'est vrai qu'on épluche des rapports, des amendements, voir si cet amendement fait double emploi, s'il est intéressant de suggérer, de soutenir, plutôt que celui-là. Un travail de veille extrêmement scrupuleux, extrêmement rigoureux et, je dirais, tout l'éventail. C'est pour ça que j'en ai un petit peu rajouté sur la vigueur du printemps, sur l'énergie de ce projet éthique à nul autre pareil, qui est celui du Free Software. C'est sûr qu'il y a en même temps des campagnes qui font intervenir, alors pas le brain brainstorming, mais presque, c'est-à-dire des propositions de flyers, d'affiches, de slogans. C'est vrai que nos adhérents sont très actifs, parce qu'en effet il n'y a que trois permanents à l'April, mais je dirais que si chacun notait son « bénévalo » (bénévolat valorisé), c'est-à-dire le temps qu'il a passé à faire telle installation, telle conférence, tel conseil ou tel travail de rédaction… Je pense aux RMLL, en ce moment il y a beaucoup de travail de rédaction parce qu'il faut contacter les sponsors, parce qu'il faut essayer de concevoir des protocoles, puisque cette réunion est mondiale, pour qu'il n'y ait pas de difficultés de traduction à propos de l'argumentaire des conférences, je donne ici un exemple. Je dirais que le travail, et c'est pour ça que là, encore une fois, l'April vous est absolument ouverte, que vous adhériez ou pas, l'adhésion à l'April c'est au minimum dix euros pour une année… je dirais que, à l'April, on a besoin d'êtres qui sont méticuleux, qui aiment rédiger, ou qui n'aiment pas du tout rédiger mais qui savent booster complètement une équipe pour que telle rencontre attire du monde. Que untel va avoir tel contact, qui va aider beaucoup, parce qu'on a besoin de ce regard-là, à ce moment-là, pour rédiger quelque chose. Je ne sais pas du tout si j'ai répondu à votre question.

Public : Vous avez parlé des associations de l'April. Justement, au niveau des personnes morales, membres de l'April. Est-ce que, il est arrivé,par exemple, d'avoir des associations qui s'occupent du Libre mais dans d'autres contextes que le Logiciel Libre. Par exemple, une association comme Kokopelli, qui protège les semences libres.

Véronique : Tout à fait.

Public : Par exemple, est-ce que Kokopelli est membre de l'April ?

Véronique : Je suis incapable de vous le dire, parce que je n'ai pas révisé avant. Mais vous avez la liste, sur le site de l'April, vous avez la liste des personnes morales. Vous avez la liste des adhérents qui souhaitent se dire adhérents de l'April. Là, ce qui paraît intéressant, c'est que vous citiez l'exemple des semences libres. En effet, des analogies sont tout à fait possibles. Vous avez des régions, vous avez des institutions artistiques. Maintenant, j'ai donné l'exemple de la Ville de Paris. Vous avez des associations de spécialistes qui, par exemple, pour telle discipline scolaire donnée, vont rédiger des manuels. Je pense à Sésamaths, par exemple. Je crois que ce qui est intéressant, dans la perspective de Richard Stallman, c'est l'ouverture pluriculturelle et la société dans sa transversalité. Je ne sais pas, là non plus, si j'ai répondu à votre question et pour semences libres, vous regarderez sur le site.

Écoutez, je vais vous remercier beaucoup de votre attention. Je propose, à qui en souhaite, des petites fiches, des flyers. Et n'hésitez pas à venir le 11. Je crois que j'ai donné rendez-vous à ceux qui le veulent, donc c'est le 11 avril à partir de 19h30. C'est rue de l'Ouest. Là encore vous allez sur le site de l'April, vous trouvez comment nous rejoindre, si vous le voulez, avec plaisir.

Applaudissements

... / ... Lire la suite

(07/04/2015 @ 15:31)

Revue de presse de l'April pour la semaine 14 de l'année 2015  Voir?

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 14

[Le Huffington Post] Demain, serons-nous très humains plutôt que transhumains?

Par Alain Damasio et Lévy-Provençal, le dimanche 5 avril 2015. Extrait:
> L'évolution des nouvelles technologies, poussant l'homme à intégrer l'existence et l'assistance des robots, des machines à son quotidien, pour améliorer sa qualité de vie pose non seulement une question éthique, mais encore met en opposition l'humanisme et le transhumanisme. Cette coexistence a-t-elle ou doit-elle avoir ses limites? Notre avenir doit-il faut de nous des "très humains" ou des transhumains? Alain Damasio, auteur de science-fiction et Michel Lévy-Provençal, ingénieur, tentent de les définir, au travers d'un échange.
Lien vers l'article original: http://www.huffingtonpost.fr/alain-damasio/humanisme-transhumanisme_b_6998646.html

[Developpez.com] Le serveur Web Apache souffle sa 20e bougie

Par Amine Horseman, le samedi 4 avril 2015. Extrait:
> L’Apache Software Foundation (ASF) célèbrera la 15ème année de sa création lors de l’ApacheCon qui se déroulera du 13 au 17 avril 2015 à Austin au Texas. Durant cet évènement, l’ASF célèbrera également le 20ème anniversaire du célèbre Apache HTTP Web Server avec la présence des membres fondateurs du Groupe Apache.
Lien vers l'article original: http://www.developpez.com/actu/83561/Le-serveur-Web-Apache-souffle-sa-20e-bougie-que-pensez-vous-de-l-evolution-du-serveur-le-plus-utilise-sur-le-Web

[01net.] Et si Windows devenait open source?

Par Gilbert Kallenborn, le vendredi 3 avril 2015. Extrait:
> A l’occasion d’une conférence professionnelle, un directeur de Microsoft explique qu’une ouverture du code de Windows n’est pas impossible à l’avenir.
Lien vers l'article original: http://www.01net.com/editorial/651281/et-si-windows-devenait-open-source

Et aussi:
[ZDNet France] Microsoft: 40 ans et un Windows bientôt open source?
[Developpez.com] Windows pourrait-il devenir Open Source?

[Le Monde Informatique] L'Europe renforce son plan d'action Open Source

Par Dominique Filippone, le jeudi 2 avril 2015. Extrait:
> La Commission Européenne a mis à jour sa stratégie d'utilisation des logiciels Open Source prévue jusqu'en 2017. L'accent est mis sur l'implication des développeurs de la Commission aux projets de logiciels Open Source et à la généralisation de la European Union Public Licence.
Lien vers l'article original: http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-l-europe-renforce-son-plan-d-action-open-source-60739.html

Et aussi:
[LeMagIT] La Commission Européenne s'engage pour les logiciels libres
[Silicon.fr] La Commission européenne renforce son action Open Source

Voir aussi:
Renforcement de la stratégie de la Commission européenne sur le logiciel libre, en attendant les actes

[JDN] Audit de licences: licences commerciales ou Open Source, un même combat?

Par Benjamin Jean, le jeudi 2 avril 2015. Extrait:
> La gestion et l'audit de licences sont indissociables de l'usage croissant de logiciels édités par des tiers, qu'ils soient commerciaux ou open source. Le point sur les finalités différentes de ces audits et la manière de les gérer.
Lien vers l'article original: http://www.journaldunet.com/solutions/expert/60469/audit-de-licences---licences-commerciales-ou-open-source--un-meme-combat.shtml

[Rue89Lyon] Connexions pour un numérique éthique, aux journées du logiciel libre à Lyon

Par Dalya Daoud, le mardi 31 mars 2015. Extrait:
> Entre geeks barbus, gosses passionnés et têtes blanches, retour sur l’un des plus importants rendez-vous des libristes -les usagers des logiciels libres- en France. Ce week-end se déroulaient à Lyon les fameuses Journées du logiciel libre (JDLL), un événement qui fait clignoter les neurones.
Lien vers l'article original: http://www.rue89lyon.fr/2015/03/31/connexions-numerique-ethique-journees-logiciel-libre-lyon

[LeMagIT] L’Inde mise sur le logiciel libre

Par Valéry Marchive, le mardi 31 mars 2015. Extrait:
> Le gouvernement indien vient de publier sa politique relative à l’Open source. Celle-ci affiche une ambition: «encourager l’adoption formelle et l’utilisation de logiciels libres dans les organisations gouvernementales».
Lien vers l'article original: http://www.lemagit.fr/actualites/4500243459/LInde-mise-sur-le-logiciel-libre

Et aussi:
[ZDNet France] Inde: l'administration amorce un virage open source
* "[Developpez.com] L'Inde rend obligatoire l'utilisation des solutions open source dans l'administration, une grande victoire pour
les logiciels libres?":http://www.developpez.com/actu/83364/L-Inde-rend-obligatoire-l-utilisation-des-solutions-open-source-dans-l-administration-une-grande-victoire-pour-les-logiciels-libres

[Numerama] Les FAI devront livrer à l'Etat toutes les infos sur leurs réseaux

Par Guillaume Champeau, le lundi 30 mars 2015. Extrait:
> En vertu d'un décret du 27 mars 2015, les fournisseurs d'accès à internet et hébergeurs déclarés "d'importance vitale" auront l'obligation de fournir à l'Etat toutes les documentations techniques sur les matériels et logiciels utilisés dans leurs réseaux, ainsi que les codes sources.
Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/32633-les-fai-devront-livrer-a-l-etat-toutes-les-infos-sur-leurs-reseaux.html

Et aussi:
[Next INpact] Sous-Surveillance.fr, le site de la Quadrature du Net contre la loi Renseignement

[Next INpact] Droit d'auteur: au Sénat, nouveaux raids contre Reda

Par Marc Rees, le lundi 30 mars 2015. Extrait:
> Mercredi dernier, la Commission de la Culture du Sénat a réuni plusieurs sociétés de gestion collective autour d’une table ronde. Enjeu ? Discuter de la possible refonte de la directive sur le droit d’auteur. À cette occasion, les ayants droit français ont une nouvelle fois démultiplié les critiques contre le rapport de l’eurodéputée du Parti Pirate, Julia Reda, portant sur le sujet.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/93627-droit-dauteur-au-senat-nouveaux-raids-contre-reda.htm

Et aussi:
[Next INpact] Les sénateurs PS veulent «taxer» l'impression 3D avec la redevance copie privée

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

... / ... Lire la suite

(06/04/2015 @ 17:31)

Renforcement de la stratégie de la Commission européenne sur le logiciel libre, en attendant les actes  Voir?

La Commission européenne a publié une nouvelle version de sa stratégie logiciel libre pour la période 2014-2017. Celle-ci reprend largement la stratégie précédente en manifestant cependant une attitude plus volontariste envers le logiciel libre. Cette déclaration d'intention doit être suivie d'actes efficaces pour mettre en place un déploiement du logiciel libre au sein de la Commission.

La stratégie de la Commission européenne tient en 10 points (1) largement similaires aux 10 points de la version précédente. Les améliorations à noter sont essentiellement :

  • une meilleure prise en compte du logiciel libre via les marchés publics (point 2), il s'agit déjà de donner une chance au logiciel libre ce qui est le minimum, mais une politique plus marquante doit s'ensuivre. D'ailleurs le point 4, déjà présent dans la version précédente, propose de donner la priorité au logiciel libre dans certains domaines
  • un pas vers l'utilisation de logiciels qui supportent des formats réellement ouverts, mais la prudence reste de mise sur ce point au vu notamment du recul important sur l'interopérabilité dans la version 2 cadre européen d'interopérabilité (EIF)
  • une volonté de faciliter la participation dans des communautés logiciel libre externes à la Commission

Les améliorations proposées sont dans la lignée de la circulaire Ayrault sur le bon usage du logiciel libre dans les adminisrations mais il convient d'accueillir avec un enthousiasme modéré cette stratégie tant que sa traduction dans les faits ne sera pas tangible. Espérons que cette nouvelle version de la stratégie motive le plus grand nombre de développeurs et fonctionnaires de la Commission à promouvoir et développer l'utilisation de logiciels libres.

Et, il reste encore un long chemin à accomplir pour avoir une réelle politique publique en faveur du logiciel libre.

... / ... Lire la suite

(03/04/2015 @ 16:58)

Pacte du Logiciel Libre et départementales 2015 : bilan de la campagne  Voir?

Les 22 et 29 mars 2015 se sont déroulées les élections départementales. Au total, 102 candidats avaient signé le Pacte du Logiciel Libre et à l'issue du second tour, seulement 8 signataires ont été élus. Merci aux 36 volontaires qui ont participé à la campagne du Pacte du Logiciel Libre en contactant des candidats.

Cependant, la mobilisation pour cette campagne est en net recul par rapport aux campagnes précédentes, de même que le nombre de signataires du Pacte. Il est certain que le redécoupage des cantons, la méconnaissance des compétences que devront exercées ces conseils départementaux (la future loi NOTRe pour "Nouvelle Organisation Territoriale de la République" n'a pas encore été votée), le mécontentement et la désillusion des électeurs envers les partis politiques, ont entravé notre efficacité.

Pour autant, Candidats.fr et les actions de sensibilisation ne s'arrêtent pas avec la fin des élections. Tout d'abord parce que vous pouvez encore contacter les élus pour leur proposer de signer le Pacte du Logiciel Libre, s'ils ne l'ont pas encore fait. Pour chaque canton, les candidats se présentent en binôme. Cependant, une fois élus, les deux membres du binôme exercent leur mandat indépendamment l'un de l'autre. Les signatures pour le Pacte du Logiciel Libre sont donc individuelles et chaque membre du binôme peut être invité à signer le pacte.

N'oublions pas que c'est à l'échelon local que se traduisent des options nationales. Il est encore possible d'aller à la rencontre des élus pour effectuer un suivi des promesses qui pourrait se révéler fructueux.

La campagne du Pacte du Logiciel Libre sera de retour à l'occasion des élections régionales annoncées pour les 6 et 13 décembre 2015.

... / ... Lire la suite

(02/04/2015 @ 17:30)

Dernière mise à jour : 25/05/2015 @ 07:15


Vous êtes ici :   Accueil » Exemples de RSS - April
 
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
pYC5Z
Recopier le code :


  12106271 visiteurs
  13 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 10586 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
pYC5Z
Recopier le code :
Site enregistré à la CNIL sous l'agrément 1040387.
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification
et de suppression des données selon la loi Informatique et Liberté (article 34) du 6 janvier 1978.

FreeGuppY.org est hébergé sur un serveur dédié Nuxit


Nuxit Partenaire de GuppY
 

    gy_twitter02.png